mercredi, 20 septembre 2017
 

Nous sommes tous des tunisiens !

DECLARATION DU MANIDEM

Après plusieurs semaines de manifestations de rue, le dictateur tunisien Zine El-Abidine Ben ALI, au pouvoir depuis 1989, a été contraint de fuir son pays. En attendant de savoir comment va se développer la situation dans ce pays africain, il convient de dire que ce qui s’y passe en ce moment est historique, non seulement pour la Tunisie, mais aussi pour l’ensemble de l’Afrique. En effet, c’est la première fois depuis les années 1980, qu’une révolte populaire vient à bout d’un régime totalitaire au pouvoir depuis plus de deux décennies.

Le MANIDEM et tous les patriotes Africains expriment leur solidarité et saluent le courage et la détermination du peuple tunisien. Dans la quasi-totalité des pays d’Afrique, des régimes autocratiques et illégitimes, généralement à la solde de l’occident continuent à se maintenir au pouvoir, qu’ils tiennent d’une main de fer. La plupart de ces régimes monolithiques se sont accaparé du pouvoir politique en même temps, agissent en véritables prédateurs des richesses nationales au détriment des masses laborieuses.

Malgré la violence politique quotidienne et l’injustice sociale, de plus en plus d’Africains ont décidé de réagir à l’arbitraire et expriment en ce moment même, une soif sans précédent de liberté et de dignité. A l’instar du Kamerun, dans la plupart de ces dictatures, l’Etat né des indépendances s’est délité et n’assume plus aucune de ses missions sociales régaliennes. Le chômage est devenu endémique. Aucune perspective n’est offerte à une jeunesse de plus en plus frustrée, qui pourtant voit des « nouveaux riches » se pavaner avec arrogance et mépris, profitant pleinement du système de corruption institutionnalisé et instauré en mode de gouvernance. Toutefois, on constate depuis quelques années que la peur change peu à peu de camp.

En effet, frustrations, brimades et intimidations ont progressivement cédé place à une certaine résistance ; elles ont façonné les esprits et ont suscité une nouvelle dynamique sociopolitique qui s’affirme bruyamment dans la plupart des pays du Continent. Incontestablement une nouvelle ère démocratique s’ouvre en Afrique. Le vaillant peuple Tunisien vient de faire sauter un verrou qui sonne le glas des régimes despotiques aux relents dynastiques qui nous gouvernent. Les farces électorales organisées par des régimes corrompus n’offrant aucune garantie d’une alternance démocratique, les Africains semblent plus que jamais décidés à payer le prix de la liberté en exprimant ouvertement et massivement leur volonté de changement politique, en dépit de l’oppression et de la misère. Aucun pays, y compris le Kamerun, n’échappera à cette nouvelle vague déferlante et contagieuse de liberté qui secoue le Continent africain.

Cela se vérifie en ce moment même en Egypte où le pouvoir trentenaire et absolu d’Hosni MOUBARACK vacille sous les coups de butoir d’un peuple en colère, décidé à le renverser. Parce que nous connaissons exactement la température sociale qui prévaut en ce moment au Kamerun, nous conseillons vivement à M. BIYA et aux caciques du RDPC, de prendre toute la mesure des évènements de Tunisie, avant qu’il ne soit trop tard. Le malaise social et les aspirations démocratiques des Kamerunais sont tels que la surenchère sécuritaire qu’on observe en ce moment ne suffira certainement pas à leur éviter le funeste destin de Monsieur Ben ALI et ses compagnons.

A quelques mois de la Présidentielle d’Octobre 2011 et fidèle à sa proximité avec les Kamerunais, le MANIDEM est d’ores et déjà en ordre de bataille, prêt à prendre et à assumer toutes ses responsabilités d’avant-garde durant le tournant décisif qui s’amorce dans la lutte du peuple pour un véritable changement au Kamerun. Le voile de la terreur d’Etat se déchire inexorablement ; l’heure de rendre les comptes est bel et bien venue pour les tyrans de tout bord et leurs clans au pouvoir dans nos pays… et la pseudo « Communauté Internationale » ne leur sera d’aucun secours. Nous sommes tous des Tunisiens.

Le MANIDEM fait ce qu’il dit et dit ce qu’il fait !

Yaoundé, le 29 janvier 2011

Pour le Bureau Politique du MANIDEM Pierre ABANDA KPAMA, Président National

Valentin DONGMO, Vice-président, en charge des Elections

Geophrey NGALAME, In charge of Communications

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS

"Areva au Niger : un environnement sacrifié"[tiré de Survie France le 19 septembre 2017]

Liberté coloniale[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Mo Ibrahim tacle la France[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Ouattara dans de bonnes mains[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Milices européennes[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Sessions de rattrapage[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Soutien français à la déforestation[tiré de Survie France le 16 septembre 2017]

Non merci[tiré de Survie France le 16 septembre 2017]

0 | 8 | 16 | 24 | 32 | 40 | 48 | 56 | 64 | ...

Thèmes