mardi, 21 novembre 2017
 

Sur les processus révolutionnaires dans le monde arabe

Des pays de la région arabe vivent des mouvements de protestation politique porteurs, d’une manière inégale tant dans leur nature que dans leur dynamique, des changements politiques et sociaux. Ils interviennent dans un contexte de crise systémique du capitalisme pour remettre en cause sa domination et renverser ses régimes suppôts dans la région.

Soutenus par une forte et large mobilisation populaire, animés par un niveau d’organisation politique, associatif et syndical de longue date et portés par des revendications de larges masses populaires, ouvrières, féminines et jeunes, ces mouvements s’inscrivent en Tunisie et en Egypte dans une dynamique révolutionnaire et de longue durée. Si la destitution de leurs présidents respectifs marque une première phase d’un processus révolutionnaire populaire prometteur, l’émergence des islamistes comme alternative n’est pas à la hauteur des exigences démocratiques, culturelles et sociales de la société. Mais le processus en cours résiste et gagne sans cesse du terrain au prix d’énormes sacrifices. Il crée chaque jour ses organes de contre-pouvoir. Il appelle à un deuxième élan populaire, démocratique et social.

Ces processus en cours sont d’essence démocratique populaire remettant les intérêts capitalistes et géostratégiques de l’impérialisme, d’où ses interventions pour imposer son alternatives. Ces bouleversements locaux et régionaux intègrent et affrontent inévitablement des changements et de nouvelles dynamiques dans les rapports de forces des puissances impérialistes dans la région. Si l’on souligne leurs présences comme des charognards prêts à exploiter à leur profit toutes les brèches et faiblesses du mouvement, les mobilisations en cours et celles à venir sont capables de les stopper par un projet et un soutien anti-impérialiste régional et international.

La fin de Kadhafi en Libye n’ouvre malheureusement pas pour l’instant la voie à une alternative d’émancipation politique et sociale. La présence des forces impérialistes comme « cheval de Troie » dans la région prépare la voie d’une occupation néocoloniale.

Si en Syrie, la révolte des masses a été plus réelle et plus profonde qu’en Libye, la terrible réaction répressive du pouvoir, la faiblesse politique des oppositions et l’ingérence de plus en plus massive et grossière de l’impérialisme et de ses relais locaux ont provoqué une guerre civile meurtrière. L’enjeu immédiat est dans la lutte contre l’offensive impérialiste et ses complices régionaux. L’heure est à la construction d’une alternative refusant l’ingérence impérialiste et qui reste indépendante du régime dictatorialLes peuples de la région n’ont que leur force de conviction et leur volonté pour construire librement leur indépendance. Leur avenir dépend de leur auto-organisation. Mais, ils ont besoin du soutien des peuples du monde entier. Ils ont besoin du soutien, de la solidarité du mouvement populaire démocratique pour empêcher une occupation néocoloniale et démanteler définitivement les régimes sanguinaires.

Aujourd’hui, la crise s’élargit au Mali. Les questions des peuples déchirés par les frontières coloniales, les intérêts économiques impérialistes occidentaux toujours déterminants, les infiltrations d’un islamisme réactionnaire dans la région sahélo-saharienne et les limites d’organisations sociales et politiques régionales plus ou moins pilotées par les puissances occidentales explosent dans une crise qui risque de déborder rapidement du cadre malien. Autant d’implications qui nécessitent notre attention et mobilisation.

Le PST affirme son opposition à tout type d’intervention étrangère dans la région dont le but est de renforcer les intérêts propres de ces puissances mondiales ou régionales. Le PST assure son soutien aux travailleurs et au peuple de la région dans leur lutte pour une solution démocratique, sociale, laïque et anti-impérialiste. Pour une nouvelle ère et de nouvelles aires fondées sur l’égalité politique et sociale.

La direction du PST Alger le 21 septembre 2012

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes