vendredi, 15 décembre 2017
 

Egypte : Arrestation de journalistes étrangers et coupure d’Internet

English version below

(RSF/IFEX) - Le 28 janvier 2011 - Reporters sans frontières condamne fermement l’arrestation de quatre journalistes français, ce 28 janvier 2011, au Caire, couvrant les manifestations. L’organisation juge inacceptable la multiplication des entraves au droit d’informer.

Quatre journalistes français ont été arrêtés en début de matinée alors qu’ils s’apprêtaient à couvrir les rassemblements organisés à l’occasion de la prière du vendredi dans le centre-ville du Caire. Karen Lagon du Journal du Dimanche, Adrien Jaulmes du Figaro, le photographe Albert Facelly de l’agence de photo Sipa (travaillant pour le Journal du Dimanche) et un journaliste de Paris-Match ont été libérés dans le courant d’après-midi d’après les déclarations du rédacteur en chef du Figaro à l’AFP.

Depuis le 25 janvier dernier, de nombreux professionnels de l’information égyptiens ont été agressés et arrêtés. En outre, des équipes de CNN, de la BBC et d’Al-Jazzera ont été agressées par des policiers en civil, et leur matériel détruit.

Le 27 janvier 2011 au soir, les autorités égyptiennes ont coupé le réseau Internet dans les grandes villes du pays, ainsi que le réseau de télécommunication mobile. Les téléphones portables ainsi qu’Internet, notamment via les réseaux sociaux que sont Facebook et Twitter ont joué jusqu’à présent un rôle clé dans la mobilisation des Egyptiens qui manifestent depuis le 25 janvier dernier demandant le départ du président Hosni Moubarak, en écho à la révolution tunisienne.

"En bloquant Internet, en agressant et arrêtant des journalistes, qu’ils soient égyptiens ou étrangers, le pouvoir égyptien veut non seulement briser l’organisation de la protestation en Egypte, mais également la diffusion de cette information à l’étranger. Il est pour ainsi dire impossible à l’heure actuelle de savoir ce qui se passe concrètement sur le sol égyptien. Les autorités organisent un black-out quasi total de la répression qui s’abat sur ce mouvement protestation populaire", a déclaré Jean-François Julliard, Secrétaire général de Reporters sans frontières.

Pour tout renseignement complémentaire : Reporters sans frontières 47, rue Vivienne 75002 Paris France rsf (@) rsf.org tél : +33 1 44 83 84 84 téléc : +33 1 45 23 11 51 http://www.rsf.org


(RSF/IFEX) - 28 January 2011 - Reporters Without Borders firmly condemns the arrests of four French journalists as they were preparing to cover protests in Cairo today. All the different methods being used by the Egyptian authorities to obstruct the right to impart news and information are completely unacceptable, the press freedom organization said.

The four journalists - Karen Lagon of Le Journal du Dimanche, Adrien Jaulmes of Le Figaro, Sipa agency photographer Albert Facelly (who is working for Le Journal du Dimanche) and a Paris-Match reporter - were arrested early this morning as they were about to cover the demonstrations after Friday prayers in the centre of Cairo.

Le Figaro’s editor told Agence France-Presse that they were released shortly after midday.

Many Egyptian journalists have been physically attacked and arrested since the protests began in Egypt on 25 January. Crews working for CNN, the BBC and Al Jazeera have also been attacked by plain-clothes police, who smashed their equipment.

Yesterday evening, the Egyptian government disconnected the Internet and the mobile phone network in the country’s biggest cities. Mobile phones and the Internet, especially the social networks Facebook and Twitter, had been playing a key role since 25 January in getting Egyptians to take to the streets for Tunisian-style demonstrations to demand President Hosni Mubarak’s departure.

"By blocking the Internet and by attacking and arresting Egyptian and foreign journalists, the Egyptian government is trying both to prevent the protests from being organized and to prevent them from being covered internationally," Reporters Without Borders secretary-general Jean-François Julliard said.

"As a result, it is currently impossible to know what exactly is happening in Egypt. The authorities are engineering an almost complete news blackout about the crackdown on the street protests that is now taking place."

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes