vendredi, 19 avril 2019
 

Egypte : La situation de la liberté d’expression se détériore

RSF appelle la communauté internationale à réagir

Reporters sans frontières condamne l’aggravation grandissante de la situation de la liberté de la presse en Egypte, à l’approche des élections du 28 novembre prochain. Dernier fait en date : le 13 novembre 2011, le Conseil suprême des forces armées (CSFA) a ordonné le renouvellement, pour 15 jours supplémentaires, de la détention provisoire du blogueur et activiste Alaa Abdel Fattah.

Depuis le départ d’Hosni Moubarak, le 11 février 2011, le CSFA n’a eu de cesse de restreindre la liberté d’information, multipliant les convocations de journalistes et blogueurs devant des juridictions militaires et n’hésitant pas à condamner et emprisonner des net-citoyens. Alors que le pays s’engage dans une série de scrutins qui s’étalent de novembre 2011 à mars 2012, la crispation du CSFA sur les questions des libertés fondamentales ne fait que s’accentuer. La transition démocratique, que souhaitent les Egyptiens et qui ne peut se faire sans la liberté de la presse, est aujourd’hui en danger.

Reporters sans frontières rappelle que la presse, et plus généralement la libre circulation de l’information, est essentielle à la tenue d’élections démocratiques.

Le CSFA a non seulement perpétué les méthodes d’Hosni Moubarak pour contrôler l’information, mais les a renforcées. Les procès de civils devant des juridictions militaires sont la norme. Les arrestations et condamnations pour "trouble à l’ordre public", "diffamation", ou "propagation de fausses informations" se sont multipliées, servant de prétexte à la censure d’articles sur des sujets sensibles comme la pauvreté, le droit des femmes, et plus souvent l’armée. Plusieurs médias ont été attaqués et empêchés de diffuser les images des violences perpétrées les 9 et 10 octobre 2011 dans le quartier de Maspero au Caire

Reporters sans frontières appelle la communauté internationale à réagir et à prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger la liberté d’expression en Egypte. L’organisation a adressé, le 7 novembre 2011, une lettre et un bilan des violations à la liberté d’informer à plusieurs personnalités politiques et institutions, dont Navanethem Pillay (Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme), Frank La Rue (Rapporteur spécial sur la promotion et la protection de la liberté d’opinion et d’expression du Conseil des droits de l’homme des Nations unies), Catherine Ashton (Haute représentante pour la politique extérieure et de sécurité de l’Union européenne), Hillary Clinton (Secrétaire d’Etat américaine), Sylvie Coudray (directrice de la division de la liberté d’expression, de la démocratie et de la paix à l´UNESCO), mais aussi au ministre français des Affaires étrangères et européennes, à la Ligue arabe, au Comité des droits de l’Homme, à l’ambassade d’Egypte aux Etats-Unis et à l’ambassade de France en Egypte.

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes