vendredi, 19 avril 2019
 

Programme des droits sociaux revendiqués par le Peuple égyptien.

Le peuple égyptien a formulé au cours des dernières années ses principales revendications :

1- Chaque citoyen capable de travailler a droit à un emploi.

2- Tout citoyen privé d’emploi a droit à une indemnité de chômage lui permettant de vivre dignement jusqu’à ce qu’il trouve un emploi.

3- Le salaire minimum mensuel et les retraites ne sauraient être inférieurs à 1200 livres égyptiennes (L.E.), conformément au jugement de la Cour administrative, fondé sur des études nationales. Salaires et retraites sont indexés sur les prix. Intégration immédiate des augmentations annuelles non versées aux retraites.

4- Le salaire maximum ne saurait dépasser à son tour 24.000 L.E. par mois, (soit 20 fois le salaire minimum)

5- Le total des primes variables ne doit pas dépasser 20% du salaire fixe garanti par la loi.

6- Mise sous contrôle de la Cour des comptes du paiement des primes salariales individualisées sur “caisses spéciales”, selon les mêmes critères cités ci-dessus.

7- Le droit au logement : le gouvernement doit garantir à chaque citoyen un logement à un loyer proportionnel au salaire, en fonction de critères sociaux. Les logements doivent être financés par l’Etat et les coopératives et non par les entreprises à but lucratif.

8- Le droit aux services publics à prix coûtant (eau potable, tout-à-l’égout, électricité), sans l’intervention des entreprises à but lucratif, privées ou publiques.

9- Le droit pour tous les citoyens aux soins de qualité et efficaces, garanti par les mesures suivantes : doublement immédiat du budget de la santé (de moins de 5% à 10% des dépenses publiques) ; extension immédiate et à tous les citoyens de l’assurance maladie universelle ; arrêt des privatisations et regroupement de tous les organismes de santé publics sous un même organisme public ; partage du financement de l’assurance maladie entre les cotisations des citoyens (pour 1/4) sur et les cotisations des employeurs (pour 3/4). En cas de nécessité, les cotisations peuvent être relevées par une procédure démocratique. Par contre, est exclu le principe de toute franchise, proportionnelle ou fixe, limitant l’accès aux soins des citoyens. L’Etat paye les cotisations des égyptiens dont les revenus sont inférieurs au seuil de pauvreté extrême. Ces assurés sont ainsi exonérés de cotisations tout en bénéficiant des mêmes droits aux soins universels pour toutes les pathologies.

10- Le droit de tout égyptien à l’éducation de qualité et efficace garanti par les mesures suivantes : doublement immédiat du budget de la santé (de moins de 10% à 20% des dépenses publiques) ; augmentation des constructions d’établissements scolaires ; gratuité totale de l’enseignement à tous les cycles, incluant l’arrêt de la conversion de tous les établissements publics à scolarité gratuite en scolarité payante. Reconnaissance dans les programmes scolaires, de la résistance et du patriotisme, des actes héroïques de la lutte nationale, rejet de la culture de la soi-disant "paix" avec les ennemis de la Nation.

L’ensemble des forces politiques, syndicales et associatives sont appelées à adopter ces revendications légitimes du peuple égyptien et à les défendre et à oeuvrer à leur réalisation.

Signataires : Union des Retraités - Union des Enseignants - Centre Egyptien des Droits Sociaux et Economiques - Centre Hichem Mubarak des Droits de l’Homme .

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes