mercredi, 19 décembre 2018
 

NON A L’INGERENCE ET L’INTERVENTION DE L’OTAN/ONU EN LIBYE !

L’OCCIDENT IMPERIALISTE A PEUR DES REVOLUTIONS EN AFRIQUE ET DANS LE MONDE ARABE

Par la rue et la grève les peuples de Tunisie et d’Egypte ont chassé les pro-consuls étasuniens et européens, Ben Ali et Moubarak et leurs partis (le RCD et le PND) membres de l’Internationale Socialiste. Ces révolutions démocratiques s’étendent maintenant de façon inégale à toute l’Afrique du nord et au monde Arabe. Tour à tour les peuples s’emparent des rues en Algérie, au Maroc, en Libye, à Bahreïn, à Oman, au Koweit, au Yémen, en Arabie Saoudite et même en Irak, etc. L’ingérence impérialiste qui s’est manifestée dès le début par les injonctions arrogantes et manipulatrices d’Obama, Merkel et Sarkozy, lâchant les tyrans Ben Ali et Moubarak, devient maintenant une menace d’intervention militaire contre Khadhafi.

Tout y passe : les médias occidentaux grouillent d’allusions jamais prouvées de « mercenaires noirs, serbes, bosniaques qui tuent des Libyens pour le compte de Khaddafi » alors que les mêmes ont monnayé pour 5 milliards d’euros la transformation de la Libye en un centre de rétention à ciel ouvert pour juguler les flux migratoire provenant d’Afrique noire ; La rumeur entretenue pendant 24h sur « la fuite de Khaddafi au Venezuela » est ensuite remplacée par « Khaddafou qui génocide son peuple par des bombardements aériens aveugles et utilisent des tortionnaires » et des justifications prétendument « humanitaires de l’arrestation de soldats Hollandais » donc de l’OTAN en territoire Libyen. Les USA et l’UE se précipitent pour demander des sanctions au Conseil de Sécurité de l’ONU et le gel des avoirs de Khadhafi, ce qu’ils n’ont fait ni contre Ben Ali, ni contre Moubarak et ni contre aucun de leurs vassaux qui tuent chaque jour dans les pays actuellement en révolte. Et successivement on apprend que des ambassadeurs de la Libye à l’ONU et dans plusieurs capitales de l’UE rejoignent le camp des « libérateurs de Benghazi », bizarrement lieu où se concentre la production pétrolière Libyenne et les 44 milliards de barils de réserves prouvées.

Pendant ce temps les médias occidentaux nous submergent d’images d’une émigration massive en particulier d’Egyptiens de la Libye non vers leur pays à l’est soi disant « libéré par les anti-Khaddafi », mais là aussi bizarrement, vers la Tunisie pays de départ du vent démocratique d’où partent maintenant des appels à « l’aide humanitaire pour contenir le flot d’immigrés ».

En fait il apparaît nettement que l’OTAN veut intervenir en Libye pour faire pression sur la révolution Egyptienne en cours et pour submerger la révolution Tunisienne par un afflux massif qui lui permettra d’y prendre pied au nom de « l’ingérence humanitaire ». Khaddafi, qui a été un adversaire de l’Occident impérialiste avant de se soumettre, devient le nouveau Saddam Hussein du monde Arabe à abattre et pendre. L’actuelle campagne anti-Khadaffi est une diversion impérialiste pour retourner le contexte actuel contre les peuples en révolution. Il s’agit aussi de stopper l’approfondissement et l’extension de la révolution au second pilier décisif du dispositif de domination US qu’est l’Arabie Saoudite après le premier qu’est Israël et la chute en cours du troisième qu’est l’Egypte.

La Tunisie où deux gouvernements ont été remanié et où le peuple vient d’obtenir le départ du premier ministre de la transition et l’Egypte où le pouvoir militaire appelle en vain à l’arrêt des grèves sont devenus le cauchemar des impérialistes et des dictatures semi-coloniales en Afrique et dans le monde Arabe. L’exclusion arbitraire du candidat du Parti Communiste du Bénin dans les élections est aussi un signe de la peur du vent libérateur au sein des pouvoirs Françafricains aux abois.

Les révolutions en cours ont un caractère démocratique en ce sens qu’elle renversent des tyrannies autocratiques apatrides pro-impérialistes. Mais elle ont aussi une dimension sociale que révèle la poursuite de la mobilisation et les grèves massives en Tunisie et en Egypte. Le jeune Bouazizi s’est immolé parce que la dictature corrompue de Ben Ali appliquant les diktats libéraux du FMI et de la BM l’empêchait de vivre de son diplôme universitaire et de survivre comme marchand de rue de légumes.

C’est en cela que les révolutions démocratiques actuelles sont aussi anti-libérales et objectivement anti-impérialistes. Le vent libérateur antilibéral et anti-impérialiste actuel en Afrique et dans le monde Arabe prolonge et fusionne avec les victoires anti-libérales et anti-impérialistes en Amérique du sud né de la résistance de Cuba. C’est cela le spectre du martyr Bouazizi qui hante les nuits des Obama, Merkel, Sarkozy et de leurs valets néo-coloniaux.

Pour Ferñent seul le peuple Libyen a le droit en toute souveraineté de décider du sort de Khaddafi.

A bas l’impérialisme ! Vive la seconde phase de libération nationale des peuples opprimés !

1er mars 2011

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes