dimanche, 16 juin 2019
 

Maroc : l’enlèvement du camarade Abdul-Jalil Akadil militant actif du mouvement de 20 Février à Safi

Le système politique au Maroc s’acharne tous les jours pour réprimer les militants du mouvement de 20 Février dans toutes les régions du pays par la provocation, l’expulsion des emplois, les arrestations, les assassinats, et les jugements sévères.

C’est un conflit ouvert avec le mouvement de lutte en cours au Maroc, et le régime marocain n’hésite pas à utiliser tous les moyens pour le remporter, d’où ce retour en force des années de plomb avec l’utilisation des gangs aidant les forces de répression à combattre les manifestants et les harceler.

Les détentions ont concerné plusieurs dizaines de militants les plus actifs du mouvement du 20 Février, et d’autres activistes de la lutte populaire actuelle. C’est dans ce contexte que l’arrestation du camarade Abdul-Jalil Akadil, activiste du mouvement de Février 20 à Safi, est survenue le premier novembre à la boutique où il travaille à 6 heures et demi du soir dans la ville de Safi qui a donné jusqu’ici deux martyres dans le contexte de la lutte du mouvement de 20 Février pour la dignité, la liberté et la justice.

Tout le monde cherche Abdul-Jalil : les jeunes du mouvement de 20 Février, le comité de soutien, certains militants des Droits de l’Homme, et des avocats en contactant tous les arrondissements de police de la ville et plusieurs autres services sécuritaires, sans trouver de traces. Ce qui est probable, c‚est qu’il a été enlevé par des personnes inconnues signe d’un retour flagrant des années de Plomb et de détention arbitraire.

Cette escalade de la répression et le ciblage des militants par la répression, les arrestations et même les assassinats ... posent aux organisations de masse militante (partis politiques, syndicats, associations ...) la tâche urgente de la lutte pour la liberté d’expression, de manifestation et de rassemblement ... et pour la libération tous les prisonniers politiques.

La pleine responsabilité du sort du camarade Abdul-Jalil, incombe à l’Etat marocain qui recrute des personnes anonymes non soumises à aucune loi et à aucun contrôle pour poursuivre, provoquer et enlever des militants du mouvement de lutte en cours, comme lui incombe aussi la responsabilité de tous les assassinats de militants à Safi (Alâmari et Boudroa], Sefrou (Karim Shayeb), et Al Hoceima (Kamal al-Husseini) et de toutes les victimes de la répression.

Ni la répression, ni les arrestations, ni les procès simulés, ni les enlèvements ne décourageront pas les militants à avancer jusqu’à ce que nous atteignions les objectifs de la lutte des opprimés du Maroc pour renverser la tyrannie et juger les despotes. Notre Bataille n’est seulement qu’à ses débuts.

Al Mounadil-a

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes