jeudi, 15 novembre 2018
 

Maroc : Tous avec les jeunes du 20 février

Sous l’impact des révolutions populaires en Egypte et en Tunisie, et conscients de l’impasse où se trouve le Maroc :

Politiquement à cause de la mascarade démocratique en cours depuis 50 ans

Economiquement à cause des politiques dictées par la Banque Mondiale et l’Union Européenne, et qui servent que les intérêts d’une minorité

Socialement à cause des conséquences des dites politiques : chômage des jeunes, oppression, pauvreté, ignorance, faim, maladies, immigration clandestine, consommation de drogues et prostitution. . .

Des groupes de jeunes marocains appellent à faire du dimanche 20 février, une journée de protestation pour revendiquer un changement politique qui aboutira à une véritable démocratie et à resoudre les problèmes de la majorité écrasante des Marocains, victimes de politiques appliquées jusqu’à maintenant.

Face à cette annonce, les médias et les politiciens du régime, qui se présentent comme progressistes ou d’opposition, se surpassent pour insulter et coller l’étiquète de « traites » à ces jeunes. Le régime par voies interposées tente de torpiller l’initiative du « 20 Fevrier » et criminaliser l’ensemble de ceux qui refusent le consensus national concernant « l’exception marocaine ». Cette position défend l’autoritarisme politique et l’oppression socio-économique. Elle est portée aujourd’hui par ceux qui profitent du statu-quo et complices du régime.

Les jeunes marocains ont le droit, intouchable, d’exprimer leurs opinions politiques, de protester, de se rassembler et d’organiser des marches, quelques soient leurs revendications. Les jeunes veulent un Maroc de liberté, de justice et de dignité. L’appel de ces jeunes est signe d une vitalité sociale prometteuse, et tout vrai démocrate ne peut que soutenir cet appel avec toutes ses forces, sans hésitation.

L’initiative des jeunes de descendre dans la rue pour exiger la démocratie rompt avec les traditionnelles requêtes portées par les partis de l’opposition classiques qui demandent des miettes au pouvoir. Les jeunes empruntent ainsi le vrai chemin du changement : la lutte populaire sur le terrain

Quelles que soient les revendications actuelles du mouvement 20 FEVRIER Ce combat mènera, inéluctablement, à la conclusion que la démocratie au Maroc passe par l’élection d’une assemblée constituante, qui aura pour mission de mettre en place une constitution nouvelle, qui définira la manière dont le peuple se gouvernera. Ce texte fixera la nature du régime économique et social que désire le peuple.

Pour ces raisons, tout démocrate ne peut que soutenir cette initiative courageuse, en participant aux mobilisations préparatoires et en prenant part aux marches du Dimanche 20 Février

En avant jeunes du Maroc… la lutte paie

Journal Al mounadil-a

Le 15 février 2011

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes