dimanche, 16 décembre 2018
 

Mauritanie : Encore plus de déténus et une fille détenue torturée

Le Régime a transformé la Police en un appareil de tourments alors qu’elle devait protéger les citoyens

Aux dernières nouvelles, le nombre d’étudiants détenus à la suite des dernières manifestations a atteint la vingtaine. Les lieux de détention de la plupart d’entre eux sont inconnus. Parmi eux se trouvent trois filles dont l’une aurait été soumise à des actes de torture au commissariat de Dar Ennaiim.

Dans un entretien avec l’Agence Nouakchott Info, le Député Moustapha Ould Bedr Eddine a déclaré que la plupart des étudiants détenus étaient gardés en des lieux secrets et que l’étudiante Khadiata Bocar Bâ subit des sévices au commissariat n°2 de Dar Ennaiim.

Ces informations d’une extrême gravité prouvent que le Régime continue à violer la dignité des gens et faire fi des droits élémentaires des Mauritaniens.

Pour le Député Jemil Ould Mansour, s’exprimant lors d’une conférence de presse tenue il y a quelques jours, le Régime de Ould Abdel Aziz pousse le peuple mauritanien à la révolution. La gabegie, l’injustice, les violations de la dignité, la répression des manifestations sont autant de raisons qui donnent au Député raison.

On rappelle que l’étincelle qui déclencha le printemps arabe était partie de l’humiliation faite à un jeune tunisien par des membres des forces de l’ordre de son pays.

Source : http://www.fr.for-mauritania.org

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes