mercredi, 22 mai 2019
 

République Sahraouie : La méthode de terreur marocaine sur la jeunesse à Es -smara occupée aussi

Samedi 25 mai, à Es-samara occupée, les autorités d’occupation marocaine ont intensifié leur campagne contre les militants civils.

À l’aube ils ont commencé une vaste campagne d’arrestations dans plusieurs quartiers de la ville. Selon notre correspondant des agents masqués, inconnus auparavant dans la ville sont montés sur les toits de plusieurs maisons pour sécuriser les attaques avant que d’autres agents fassent irruption dans les maisons des militants ciblés.

Cette procédure intervient après une manifestation pacifique organisée hier vendredi soir dans le quartier Tan-Tan. Les drapeaux de la RASD ont flotté pendant que les manifestants criaient des slogans politiques avant que les forces d’occupation n’interviennent pour les disperser. Ils ont arrêté l’enfant Ada Ali Daf 12 ans qui a été blessé dans la poursuite et a du être transporté à l’hôpital de El Aaiun occupée. "

Mais ce qui frappe aujourd’hui, c’est la reproduction du scénario des arrestations qui ont eu lieu récemment à El Aaiun occupé qui a conduit à l’arrestation de six jeunes, dont un mineur. Des agents de sécurité spéciale ont encerclé la maison du citoyen sahraoui Lbachir Lbsair avant de l’enlever et l’amener en dehors de la ville où il a été agressé, dépouillé de son argent et de son téléphone portable.

Ce samedi matin donc à Essamara, les forces d’occupation ont commencé leurs opérations par l’encerclement de la maison de citoyenne sahraouie M’barka Alina Mailad avant de monter sur le toit de la maison et de prendre d’assaut la maison pour arrêter son neveu Salah Lbsair. M’barka Alina qui est passé 16 ans dans une secrète geôle au sud du Maroc, a dit que les forces d’occupation marocain ont délibérément détruit meubles et l’équipement de la maison malgré qu’ils savaient que Salah n’était pas la.

A 5h du matin, dans le quartier El Wahda, les forces d’occupation ont encerclé la maison du citoyen sahraui Walda Lghzal pour arrêter son fils Bchraya. Celui n’était pas dans la maison et les policiers ont de la même façon les équipements de la maison et insulté la mère Bakkara Chakouti .

Des opérations similaires ont clibé les activistes de l’intifada Khalil Lamjad dans le quartier El Fatah, Khalil Mayara, quartier Taqadum, et Salah Sbaiti et Mohamed Salouki, quartier Esalam.

Selon un rapport de notre correspondant à Essmara c’est le commissaire Abdelhakim qui a dirigé les opérations illégales. Ces actes comme ceux de Elaaiun, révèlent l’intention des autorités d’occupation de terroriser les citoyens sahraouis et de les dissuader dans leur lutte pacifique, en particulier après l’annonce de l’inclusion de Smara dans le programme des visites prévues de l’Envoyé personnel du Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies.

Equipe Media

Territoires occupés

Sahara Occidental

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes