jeudi, 21 mars 2019
 

Centres d’appels : Grève de la faim chez Téléperformance à Tunis

Les salarié-es des centres tunisiens de Téléperformance renseignent de nombreux/ses français-es puisque, par exemple, Numericable, Orange, SFR, Bouygues Telecom y ont délocalisé via la sous-traitance une partie de leurs services.

La direction de Téléperformance Tunisie a choisi, depuis plusieurs mois, le chemin de la régression sociale : les accords signés ne sont plus appliqués. Les acquis sociaux portant sur la définition des métiers, l’organisation du travail, le montant des salaires, tous les engagements antérieurs sont foulés aux pieds. Les conditions de travail de santé et de sécurité ne cessent de se dégrader pour une large frange de la jeunesse tunisienne bien instruite et diplômée de l’université, pour laquelle les centres d’appels ont représenté une des seules alternatives au chômage de masse.

Face à ce mépris, face à ce déni de démocratie, des syndicalistes tunisien-nes de l’UGTT, ont débuté une occupation pacifique des locaux du siège de l’entreprise au centre de Tunis le 26 février. En l’absence de toute réaction significative, le 5 mars, 4 d’entre eux ont choisi d’entamer une grève de la faim. SUD PTT demande solennellement à la direction du groupe français Téléperformance de respecter les droits des salarié-es et d’apporter une réponse à la hauteur de la situation actuelle. La fédération SUD PTT a aussi interpelé directement les donneurs d’ordre, comme Orange ou SFR, qui sont parties prenantes et donc coresponsables de la situation.

Source : http://www.solidaires.org

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes