lundi, 24 septembre 2018
 

Tunisie : La vie du journaliste tunisien Fahem Boukadous est en danger

Communiqué de Solidaires

Emprisonné depuis le 15 juillet 2010, le journaliste tunisien Fahem Boukadous a entamé le 8 octobre 2010, une grève de la faim illimitée. Il refuse également de suivre le traitement médical lié à la grave affection d’asthme dont il souffre.

Fahem Boukadous entend ainsi protester contre ses conditions d’incarcération et obtenir sa libération. Son seul "crime" est d’avoir fait son travail de journaliste en couvrant, en 2008, les manifestations populaires de la région minière de Gafsa.

L’Union syndicale Solidaires exige :

- La libération immédiate de Fahem Boukadous ainsi que celle d’Hassen Ben Abdallah, qui purge également une peine de 4 ans de prison suite aux mobilisations de 2008.

- L’arrêt des poursuites les concernant, ainsi que celles prononcées par contumace contre Maher Fajraoui et Mouhiédine Cherbib.

- Le rétablissement de toutes les personnes ayant été détenues suite aux mobilisations sociales de la région de Gafsa dans l’intégralité de leurs droits, à commencer par celui d’être réintégrés dans leur emploi.

Il est du devoir du gouvernement français d’intervenir auprès de son homologue tunisien pour que cesse cet acharnement contre ceux qui osent protester contre les injustices et tenir tête au pouvoir en place.

Paris, le 12 octobre 2010

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes