mardi, 19 mars 2019
 

Tunisie : Le TMG de l’IFEX demande l’invalidation des condamnations à sept ans d’emprisonnement

À la veille d’une audience en appel le 28 mai, le Groupe d’observation de la Tunisie organisé par l’Échange international de la liberté d’expression (TMG de l’IFEX), coalition de 21 groupes membres de l’IFEX, demande aux autorités judiciaires tunisiennes d’invalider les condamnations à sept ans d’emprisonnement prononcées à la fin mars contre Ghazi Ben Mohamed Beji et Jaber Ben Abdallah Majri.

Le 28 mars, les deux hommes ont été reconnus coupables par la Première chambre de Mahdia d’avoir publié en ligne des écrits satiriques sur l’islam et le Prophète, publications jugées « susceptibles de troubler l’ordre public ou la morale publique ». Majri est incarcéré depuis le 5 mars, tandis que Beji, qui s’est enfui en Europe où il cherche à obtenir l’asile politique, a été jugé coupable in absentia. Les avocats ont interjeté appel uniquement dans le cas de Majri, parce qu’ils disent craindre de perdre l’appel de Beji in absentia. La Cour d’appel de Monastir devrait rendre sa décision lundi.

« Une importante affaire de liberté d’expression en Tunisie semble nous avoir échappé », dit Robert Russell, directeur du Cartoonists Rights Network International, un groupe membre du TMG de l’IFEX. « Il y a un courant sous-jacent de peur. Peur que des extrémistes, ayant menacé ces hommes et leurs familles, n’envoient aux autorités tunisiennes le message que leurs opinions ne sauraient être remises en question », ajoute-t-il.

Cette affaire contre des utilisateurs de médias sociaux contredit la déclaration du Ministre des Droits de la personne et de la Justice transitionnelle, Samir Dilou, selon qui « l’Internet a été un partenaire dans la révolution ; le gouvernement ne punira pas ce partenaire ». Le ministre a fait ce commentaire devant le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies le 23 mai à Genève, où il dirigeait la délégation tunisienne lors de la Revue périodique universelle de la Tunisie. Le TMG de l’IFEX appelle le ministre Dilou à respecter sa parole et à protéger la liberté d’expression en Tunisie.

« Les gens ont parfaitement le droit de ne pas apprécier certains contenus qu’ils jugent offensants et d’exprimer leur aversion de manière non violente. Ce qui est inacceptable, c’est lorsque des magistrats désignés pour protéger les droits fondamentaux choisissent d’enfreindre ces droits au nom de leurs croyances personnelles », a déclaré Riadh Guerfali, avocat et co-fondateur du site web participatif Nawaat.org.

« Après l’affaire contre Nasreddine Ben Saïda, directeur du quotidien « Ettounsiyya » et celle contre Nabil Karoui, directeur de Nessma TV, c’est la troisième fois au moins que les nouvelles autorités tunisiennes instruisent des affaires pour des propos jugés offensants envers l’Islam ou la morale en utilisant des lois autocratiques de Ben Ali », a souligné Virginie Jouan, présidente du TMG de l’IFEX. « Les Tunisiens ont payé un lourd tribut pour bénéficier de leur plein droit à la libre expression et pour l’exercer, et non d’une version déclassée », a-t-elle ajouté.

Pour tout renseignement complémentaire :

Le groupe d’observation de la Tunisie de l’IFEX

Virginie Jouan, Chair on behalf of the World Association of Newspapers and News Publishers (WAN-IFRA)

jouanvirginie (@) gmail.com

http://www.facebook.com/IFEXTMG

http://ifex.org/tunisia/tmg/

- Arabic Network for Human Rights Information
- ARTICLE 19
- Bahrain Center for Human Rights
- Cairo Institute for Human Rights Studies
- Canadian Journalists for Free Expression
- Cartoonists Rights Network International
- Egyptian Organization For Human Rights
- Freedom House
- Index on Censorship
- Fédération Internationale des Journalistes
- International Federation of Library Associations and Institutions
- International Press Institute
- International Publishers Association
- Journaliste en danger
- Fondation Maharat
- Media Institute of Southern Africa
- Norwegian PEN
- Association mondiale de radiodiffuseurs communautaires (AMARC)
- Association Mondiale des Journaux et des Éditeurs de Médias d’Information
- World Press Freedom Committee
- Writers in Prison Committee, PEN International

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes