lundi, 24 septembre 2018
 

Tunisie : Les mobilisations continuent ...

Les informations qui nous parviennent de Tunisie indiquent que la population poursuit le processus révolutionnaire en actes. Si la manifestation de Tunis convoquée pour exiger la dissolution du « gouvernement d’union nationale » de Ghannouchi a, semble-t-il, été dispersée par les grenades lacrymogènes de la police, celles des autres villes, comme à Tataouine (sud du pays) [ http://24sur24.posterous.com/sidibo... ], se dirigent en direction des locaux du parti-Etat RCD pour en prendre le contrôle.

D’instinct, les masses populaires, en avance sur les trois partis d’opposition qui avaient accepté lundi d’intégrer le gouvernement chargé de canaliser la révolution sur les voies « constitutionnelles » d’une remise en selle des caciques du RCD, revendiquent la dissolution du parti de Ben Ali.

C’est ce mouvement spontané populaire de contestation permanente de tous les symboles et structures benalistes qu’a décidé d’accompagner l’UGTT, qui a demandé aux trois ministres adhérents du syndicat, de démissionner du gouvernement. Ce qu’ils ont fait, entraînant le retrait de deux autres ministres d’opposition.

Signe de panique supplémentaire des soutiens internationaux de la dictature de Ben Ali, l’Internationale socialiste a décidé, lundi 17, d’exclure le RCD de ses rangs. Trop tard pour être honnête…

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes