dimanche, 20 octobre 2019
 

Tunisie : MONSIEUR JEMAA VOUS AVEZ FAIT CE QUE LE GOUVERNEMENT DE LA TROÏKA N’A PAS OSÉ FAIRE !

SIGNATURE A BRUXELLES EN CATIMINI DE L’ACCORD DE MOBILITÉ AVEC L’UNION EUROPÉENNE

Dès que vous avez été choisi pour conduire un nouveau gouvernement, nous vous avons adressé le 3 janvier 2014 nos remarques sur les questions vitales de l’immigration et des Tunisiens vivant à l’étranger.

Cette adresse reprenait plusieurs demandes faites avec nos partenaires tunisiens demandant, force est de le constater, vainement une concertation. Nous vous y demandions de " Refuser la signature de l’accord de mobilité proposé par l’UE dont l’approche sécuritaire et plus qu’évidente et qui est une autre façon d’imposer une externalisation des contrôles migratoires" Malheureusement, vous avez préféré signer cet accord dans la précipitation et sans concertation en particulier avec les associations de l’immigration en Europe. Alors que le précédent gouvernement a cédé à la demande de la société civile Tunisienne et de l’immigration et n’a pas signé l’accord, malgré que la commission européenne n’a pas cessé de le harceler faisant fi du grave contexte dans lequel se trouvait le pays.

Cet accord tourne le dos aux intérêts des Tunisiennes et des Tunisiens. Il est du même type et de la même nature que les accords antérieurs du temps du régime de la dictature de Ben Ali. Il est au service d’une politique migratoire indigne et égoïste qui choisit d’organiser la fuite des cerveaux et des jeunes diplômés avec les visas longs séjours. Alors que les milliers de jeunes ayant franchit la méditerranée au péril de leur vie sont exclus de l’accord et leurs demandes légitimes d’examen de leurs situations sont ignorées.

A cause de cette précipitation, la Tunisie sera obligée de prendre part à la politique répressive de l’Union Européenne et d’accepter les refoulements de sans-papiers quelque soient leurs nationalités.

Les associations démocratiques de l’immigration tunisienne dénoncent fermement la signature de cet accord lundi à Bruxelles, obtenue par un véritable chantage, et demandent à tous les députés de ne pas le ratifier.

Elles demandent l’ouverture immédiate de concertation avec le gouvernement afin de remettre à plat la politique migratoire tunisienne qui ne doit plus obéir au dictat de la Commission Européenne mais aux seuls intérêts des Tunisiennes et Tunisiens conformément aux principes de dignité amenés par notre révolution.

Le communiqué de presse : http://europa.eu/rapid/press-releas...

L’accord : http://ec.europa.eu/dgs/home-affair...

HALTE AU DICTAT DE LA COMMISSION EUROPÉENNE

NON A L’ACCORD DE MOBILITÉ

POUR UN DIALOGUE ET UNE CONCERTATION EN VUE DE FONDER UNE NOUVELLE POLITIQUE MIGRATOIRE DIGNE DE LA RÉVOLUTION TUNISIENNE

premières signatures : ADTF – AIDDA – ATF – CAIT – CFT – Collectif 3C – CTDL – FTCR – MCTF – REMCC – UTIT

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes