mercredi, 22 novembre 2017
 

Tunisie : Retrait du projet de loi dit : « de Réconciliation Nationale »

Rassemblement devant l’Ambassade de Tunisie à Paris

Pour le retrait du projet de loi dit : « de Réconciliation Nationale »

Jeudi 03 Septembre 2015 – 18h30

Place André Tardieu – 75007 Paris

Métro : St François Xavier – Ligne 13

https://www.facebook.com/events/302...

A propos du projet de loi sur la Réconciliation nationale Déclaration des associations de Tunisiens à l’Etranger

Réconciliation nationale ! L’expression résonne comme un mot d’ordre en ces temps de mobilisation contre le terrorisme. Par ailleurs, ne s’agit-il pas du volet final du triptyque vérité – justice - réconciliation de la Justice transitionnelle que nous appelons tous de nos vœux…

Nous somme tous demandeurs de réconciliation nationale. Mais de quelle réconciliation il s’agit ?

En ces temps de turbulences, le sens des mots semble aussi troublé.

Il s’agit de « tourner la page », nous dit le président de la République. Soit, mais quelle page ?

S’il s’agit d’absoudre des mafieux, on ne voit pas en quoi cela va contribuer à renforcer l’économie du pays. Si les « hommes d’affaires », qui ont fait fortune grâce à la corruption, sont des acteurs du développement, cela se saurait !

Si l’on entend attirer les spéculateurs en tous genres, ils ne sont pas concernés par la levée en masse que l’on veut provoquer, ils ont toujours préféré vampiriser les richesses produites par le labeur des plus pauvres.

S’il s’agit de passer l’éponge sur les forfaits des « commis » de l’État qui ont piqué dans la caisse, un État ne se renforce pas en s’attirant les faveurs des responsables du laxisme, des larcins ou des compromissions les plus graves au cœur de l’État…

On voudrait rabaisser encore l’État et son autorité que l’on ne s’y prendrait pas autrement.

Ce projet de loi, concocté par la présidence de la République sera dommageable pour l’État, pour la justice transitionnelle, pour le développement et pour la transition démocratique -déjà compromise et mal engagée-.

Alors que le dossier des assassinats politiques s’enlise, alors que des petites lois scélérates comme celle sur la consommation de cannabis continuent à ruiner l’avenir de dizaines de milliers de jeunes, alors qu’aucun dispositif sérieux ne protège du racisme et de toutes les formes de haines et de fanatisme larvées… alors que les inégalités se creusent… la loi préparée par les conseillers du président à Carthage serait une caution inutile aux corrompus et aux corrupteurs. Sans compter sa dimension symbolique catastrophique à l’heure où on demande des sacrifices aux plus démunis.

Le CRLDHT, la FTCR, les personnalités et les organisations signataires se rallient à la Coalition de la société civile contre le projet dit de réconciliation nationale et se déclarent solidaires avec les initiatives de cette Coalition.

Elles demandent aux députés de l’Assemblée du Peuple de rejeter le projet et de veiller au respect de l’Etat de droit et de la Constitution.

Pour une unité nationale contre le terrorisme

Pour la réalisation d’une vraie justice transitionnelle, contre la corruption, la répression et la régression vers les pratiques d’ancien régime

Pour le respect des mots d’ordre de la révolution : Dignité, Liberté et Justice Sociale.

Paris le 26 Août 2015

Premiers Signataires :

Associations :

- Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie – CRLDHT

- Fédération des Tunisiens Citoyens des Deux Rives – FTCR

- Association des Tunisiens en France – ATF

- Association Démocratique des Tunisiens en France – ADTF

- Union des Travailleurs Immigrés Tunisiens – UTIT

- Comit2 de Vigilance pour la Démocratie en Tunisie – Bruxelles

- Comité des Tunisiens en Italie - CITiI

- Association des Tunisiens du Nord – Lille

- Association Le Pont – Genève

- Association Citoyens des deux Rives – Toulouse

- Association Vérité et Justice Farhat Hached – AVJFH

- Younga Solidaire

- Mouvement Citoyen des Tunisiens en France

- Tunisie Plurielle

- Réseau Euro-Méditerranéen Citoyenneté et Culture – REMCC

- Union des Tunisiens pour l’Action Citoyenne - UTAC
- Association Arts et Cultures des deux Rives - ACDR

Personnalités :

Hichem Abdessamad, historien

Khaled Abichou, militant associatif

Hafedh Affes, président de l’ATNF- Lille

Mourad Allel, militant associatif

Tewfik Allel, militant associatif

Ahmed Amara, militant de la citoyenneté et de l’éducation populaire

Houcine Bardi, avocat à le cour – Paris

Hajer Ben Djemaa, militante associative

Tarek Ben Hiba, Conseiller Régional – ENSEMBLE ! - Front de Gauche ; Ile-de-France Hédi Benkraiem, universitaire - militant associatif

Dalila Ben Othman, militante politique

Mohamed Bensaid, président de l’UTAC

Adnane Benyoussef, militant associatif

Hela Benyoussef Ouardani, militante politique et associative

Mohamed Larbi Bouguerra, membre de l’académie tunisienne Beit El Hikma

Mouhieddine Cherbib, militant des Droits Humains

Jocelune Dakhlia, enseignante, universitaire

Mohsen Dridi, militant associatif

Fethi El Hadjali, président du CVD - Tunisie - Belgique

Mohamed Lakhdhar Ellala, président de l’ATF

Chedly Elloumi, militant associatif – Grenoble

Mohamed Ellouze, avocat – Belgique

Raoudha Faouel, militante associative

Mohamed Chérif Ferjani, enseignant, universitaire

Mrad Gadhoumi, militant associatif

Omar Gasmi, militant associatif

Najla Gharbi, militante politique et associative

Moncef Guedouar, président de la FTCR

Abdelwaheb Hammami, militant politique

Mohamed Hamrouni, président MCTF

Naceur Jalloul, militant associatif

Chokri Jlassi, militant politique et associatif

Anouar Kanzari, militant associatif

Saifallah Khablachi, syndicaliste

Wajdi Limam, militant associatif, Uni’T

Gérard Maarek, économiste

Mohamed Mansar, président du Centre Interculturel Formation Migration - CIFM

Jalel, Matri, militant associatif - Genève

Mohamed Nachi, enseignant

Noureddine Najjar, militant politique

Habib Ouarda, libraire

Younes Rhouma, coordinateur CITiI – Italie

Noureddine Senoussi, président du REMCC

Mohamed Smida, militant politique et associatif

Hédi Sraieb, économiste

Fethi Tlili, président de l’UTIT

Tarek Toukabri, président de l’ADTF

Chadly Zaidi, militant politique

Partis :

Parti El massar – France

Parti Ettakattol – France

Parti Eljomhouri – France

Front Populaire – IDF

Mouvement Echaab – France

Tahalof - France

Soutiens :

Association des Travailleurs Maghrébins en France – ATMF

Association des Marocains en France – AMF

Agir pour le Changement Démocratique en Algérie - ACDA

Ligue Française des Droits de l’Homme – LDH

Cedetim / Initiative Pour un Autre Monde – IPAM

Union Syndicale Solidaires

Parti de Gauche – PG

Parti Communiste Français - PCF

ENSEMBLE !

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes