mardi, 26 mars 2019
 

La page de BOND Patrick

Afrique du Sud. Cyril Ramaphosa relance le néolibéralisme (II)

Quant aux prétendus « meilleurs arrangements sécuritaires mondiaux », le monde est ironiquement bien plus dangereux depuis que les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, et Afrique du Sud) ont pris leur forme actuelle en 2010 : en Syrie, dans les Etats du Golfe, en Ukraine et en Pologne, dans la péninsule coréenne, au Sahel et dans la Corne de l’Afrique, ainsi qu’au sud de la mer de Chine. Même la frontière indo-chinoise est touchée par des affrontements, lesquels ont été près de faire capoter le sommet (...)

En savoir plus »
 

Afrique du Sud. Cyril Ramaphosa relance le néolibéralisme

Le coup d’Etat « soft » du 14 février 2018 au cours duquel Cyril Ramaphosa a éjecté de la présidence Jacob Zuma, après environ neuf ans au pouvoir et une lutte humiliante afin d’éviter de démissionner, a des implications locales et géopolitiques contradictoires. L’applaudissement général de la société à voir Zuma s’en aller résonne avec force. Toutefois, sa démission soulève immédiatement des préoccupations quant aux tendances néolibérales, favorables aux grandes entreprises, du nouveau président ainsi que de (...)

En savoir plus »
 

Afrique du Sud. La débâcle de Jacob Zuma révèle le dénuement et la corruption

Il est possible que l’on se souvienne de cette semaine [31 octobre-6 novembre 2016] comme le tournant le plus important en Afrique du Sud depuis que l’African National Congress (ANC) a évincé le président Thabo Mbeki, membre de ce parti, en septembre 2008. Le principal tourment de ce dernier était alors Jacob Zuma qui, depuis mai 2009 – suite à une brève période transitoire –, gouverne le pays d’une façon toujours plus discutable. De nombreuses contradictions explosent toutefois au visage de Zuma. Des (...)

En savoir plus »