mercredi, 22 novembre 2017
 

La page de FIDH

Rwanda - Opération Turquoise / massacre de Bisesero : La justice refuse d’auditionner les plus hauts responsables militaires français

Le 31 octobre 2017, le président de la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris confirmait la décision de ne pas faire entendre les deux plus hauts responsables de l’armée française lors du génocide des Tutsis au Rwanda. Il s’agit de l’amiral Jacques Lanxade, alors chef d’état-major des armées, et de son adjoint chargé des opérations, le général Raymond Germanos. Cette décision pourrait ouvrir la voie à un non lieu judiciaire sur les responsabilités politiques et militaires françaises dans le (...)

En savoir plus »
 

Guinée - Tortures à la gendarmerie d’ Hamdallaye : de hauts responsables militaires jugés à partir du 13 novembre

Sept ans après avoir été torturées à l’escadron mobile de la gendarmerie d’Hamdallaye pendant la transition dirigée par le Général Sekouba Konate, 15 victimes aux côtés desquelles la FIDH et l’OGDH avaient porté plainte dès 2012 vont pouvoir être entendues et leurs tortionnaires jugés. Très attendu, le procès des tortures commises à la gendarmerie d’Hamdallaye doit s’ouvrir le 13 novembre 2017 au Tribunal de Dixinn. Emblématique, il verra comparaître l’ancien chef d’État major des armées et l’ancien gouverneur (...)

En savoir plus »
 

Le Burundi se retire de la CPI pour soustraire ses dirigeants à la justice internationale

Depuis quelques heures le Burundi n’est plus partie au Statut de la Cour pénale internationale (CPI). En dépit des nombreux rapports accablants sur la dégradation des droits humains dans le pays et de l’absence de toute volonté d’enquête et de poursuite des responsables de crimes au niveau national, la CPI n’a pas ouvert d’enquête avant la date fatidique, pourtant connue depuis un an. L’impunité des dirigeants burundais n’est toutefois pas assurée, une enquête pouvant malgré tout être ouverte par la CPI (...)

En savoir plus »