vendredi, 6 décembre 2019
 

La page de Gilbert Achcar

« Bouteflika et El-Béchir ne sont que le sommet de l’iceberg »

Le professeur de relations internationales et politiques Gilbert Achcar redoute des transitions difficiles au Soudan et en Algérie au vu des expériences passées, en Libye ou en Egypte notamment. Peut-on parler d’un nouveau printemps arabe ? Il y a effectivement une nouvelle poussée révolutionnaire en Algérie et au Soudan. Il ne faut pas non plus oublier qu’il y a depuis l’année dernière des épisodes de révolte sociale en Tunisie, au Maroc et en Jordanie. On voit donc les signes d’une nouvelle montée (...)

En savoir plus »
 

La région arabophone, entre changement progressiste et barbarie

La région arabophone, entre changement progressiste et barbarie. Entretien avec Gilbert Achcar Dans cet entretien, Gilbert Achcar revient sur son dernier ouvrage publié en français, Le Peuple veut, et fournit un bilan provisoire, un bilan d’étape des processus révolutionnaires dans la région arabophone. Gilbert Achcar est professeur à l’Ecole des études orientales et africaines (SOAS) de l’Université de Londres après avoir enseigné à l’Université de Paris-8. Il est l’auteur de nombreux ouvrages (...)

En savoir plus »
 

Derrière la mobilisation politique en Egypte, la question sociale omniprésente

5 544 manifestations en cinq mois, 42 manifestations par jour. Ces chiffres, extraits d’un rapport cité par le Dailynews Egypt, montrent à quel point l’Égypte bouillonne en cette année 2013. Les chiffres de mars, avril et mai (1 354, 1 462 et 1 300 manifestations) font de ce pays celui qui a connu le plus de mobilisations dans le monde durant cette période. Les deux tiers de ces manifestations concernent des questions économiques et sociales, trop souvent éludées dans la presse au profit des (...)

En savoir plus »