mardi, 26 mars 2019
 

La page de Raphaël Granvaud

Françafrique, rappeler le passif de la France en matière d’ingérence forcenée

Nous avons rencontré Raphaël Granvaud, militant de l’association Survie, et auteur de Que fait l’armée française en Afrique (Agone, 2009) et Areva en Afrique, une face cachée du nucléaire (Agone, 2012). Quels étaient les objectifs du sommet France-Afrique   ? Outre la réaffirmation politique de la puissance française, les objectifs étaient essentiellement économiques et militaires. Depuis dix ans, la part de marché des entreprises françaises au sud du Sahara est passée de 10 % à moins de 5 % selon les (...)

En savoir plus »
 

Areva en Afrique, l’affaire Uramin

La santé financière d’Areva laisse à désirer. On pourrait sourire des déconvenues du géant du nucléaire, dont on dénonce depuis longtemps les mé­faits en Afrique et ailleurs, si ce n’étaient les salariés, européens et africains, qui feront les frais du milliard d’euros d’économies que le groupe doit réaliser d’ici 2015. En cause, les mésaventures de la construction de l’EPR finlandais (cinq ans de retard, le double du prix initialement prévu) et les répercussions de la catastrophe nucléaire de Fukushima sur le (...)

En savoir plus »
 

Que fait vraiment l’armée française en Afrique ?

Interview de Raphaël Granvaud, auteur du dernier Dossier-noir de Survie « Que fait l’armée française en Afrique ? », paru en octobre 2009 aux éditions Agone. Comment analyses-tu les évolutions de la présence militaire française en Afrique ? Officiellement, depuis la réforme de la coopération militaire de la fin des années 1990, une « nouvelle » doctrine se mettrait progressivement en place, dont les axes principaux sont la recherche d’un mandat de l’ONU pour légitimer les interventions militaires, la (...)

En savoir plus »