lundi, 11 décembre 2017
 

Communiqué Fernent-MTPS

LEGISLATIVES DU 1er JUILLET Dégager le PDS, veiller la garde et préparer l’avenir !

LEGISLATIVES DU 1er JUILLET Dégager le PDS, veiller la garde et préparer l’avenir !

Les investitures pour les élections législatives du 1er Juillet ont suscité beaucoup de remous au sein des coalitions comme le PDS, Bokk Guiss Guiss, mais aussi Benno Bokk Yaakaar. Ils sont bien entendu liés à la détestable « lutte des places » que nous n’avons cessé de dénoncer, mais aussi à la façon anti-démocratique dont certaines investitures ont été faites. Pour ne prendre que cet exemple dont la presse s’est fait l’écho, M. Niasse a annulé la décision de BSS de Tamba d’investir sur la liste départementale notre camarade Alassane Guissé de YAW et Nanténé Dièye du MSU. M. Niasse a remplacé ces deux militants désignés lors de deux Assemblées Générales de BSS de Tamba, pour les remplacer par deux autres militants de l’AFP (le responsable régional de l’AFP justifie cette décision par le fait que ce serait lui qui paie le local de BSS de Tamba et le responsable communal déclare qu’Alassane Guissé, qui réside à Tamba depuis 30 ans, est né à Thiès !). A la demande écrite d’explications envoyée à Monsieur Niasse par l’AG de BSS de Tamba, celui-ci a répondu avec un mépris de grand seigneur. Monsieur Niasse prétend que Guissé, qui est le Coordonnateur de BSS de Tamba… n’est pas Benno, qu’il sait « qui fait vivre Benno » ; que cela fait « 50 ans qu’il prend des décisions » et n’a pas « à s’expliquer » ! Ceux qui connaissent A. Guissé savent qu’il est loin d’être préoccupé par la détestable « lutte des places ». Il ne peut être admis que dans une alliance de partis au sommet et à la base, la démocratie soit bafouée alors qu’il s’agit d’un scrutin de listes (nationales et départementales) qui, de fait, permet pour les listes départementales un choix de la base. Précisons aussi qu’avec d’autres militants de BSS de Tamba, comme notre camarade Guy Marius Sagna de Ferñent, ils sont au quotidien auprès des populations en lutte. Guy, Coordonnateur du M23 à Tamba, a failli y laissé la vie, après son agression dans la nuit du 17 février par des nervis au service de Mamadou Ba de l’UJTL, allié de Khoureyssi Thiam. La même forfaiture commise à Tamba l’a aussi été à Kaolack : biffer des noms de militants investis par la base de BSS, pour les remplacer autoritairement par d’autres. Nous comprenons la légitime colère des militants qui font tout sur le terrain, depuis le premier tour où nous avons clairement appelé à voter Niasse et fait campagne activement sur le terrain. Nous les comprenons et soutenons leur légitime demande d’explications. Nous exigeons une réponse et soutenons la décision de BSS de Tamba de suspendre de cette coalition la section AFP de Tamba, qui a été activement complice de la décision anti-démocratique de Niasse. Nous comprenons et partageons la colère des militants BSS de Tamba et Kaolack.

Il faut se débarrasser du PDS… Pour autant, nous appelons à voter pour la liste BBY et faire activement campagne pour parachever la victoire du peuple du 25 mars ; il faut « déchouker »* le PDS. Il faut éradiquer ce parti criminel du paysage politique sénégalais. Pour chasser le parti de l’autocrate Wade, nous militerons activement pour la liste BBY.

… et veiller la garde ! Dans l’élan populaire de la victoire du 25 mars, certaines mesures comme la baisse (certes encore insuffisante) des prix de certaines denrées, les audits, qui doivent aller jusqu’au bout pour arracher des mains des pilleurs de la République les milliards détournés, vont dans le bon sens. Ce sont des mesures que l’écrasante victoire du peuple impose. Mais il faut veiller la garde. Notre paysannerie guette le ciel avec angoisse, parce que les semences ne sont pas là ; on dit avoir sauvé l’année scolaire, mais c’est pour le moment le dilatoire par rapport aux engagements pris avec les enseignants ; les 200 animateurs polyvalents des cases des tout petit et des classes préparatoires de la région de Tamba attendent l’ouverture de négociations sérieuses pour en finir avec 5 ans d’injustice ; la santé nécessite des mesures urgentes ; on parle beaucoup de « bonne gouvernance » ; on ne devrait pas oublier la honteuse « transhumance » (pour laquelle le même Khoureyssi Thiam ainsi que bien d’autres se préparent , sans que rien ne soit dit par le nouveau régime contre ce poison de la démocratie ; on doit veiller au respect des engagements sur les exigences salvatrices des Assises Nationales que sont la suppression du Sénat et le régime parlementaire, etc. La mobilisation populaire et la vigilance, sont donc plus que jamais d’actualité. Les sentinelles citoyennes que sont le M23 et « Y en a marre ! » doivent être renforcées. La gauche doit jouer un rôle actif dans ces cadres, en respectant strictement leur indépendance et doit inviter le mouvement syndical à assumer son rôle de défense des intérêts des travailleurs. La gauche doit dépasser son émiettement, trouver les voies de son unification, pour ne plus être confiné au rôle de « faiseur de roi », mais devenir le principal acteur des transformations démocratiques, économiques, sociales. C’est à cela que nous appelons. C’est à cela que nous aspirons pour que les pays africains rejoignent les « pays émergents » d’Amérique du sud et d’Asie, qui défient les impérialistes américains et européens embourbés dans une crise durable du capitalisme mondial. C’est à cela que doit s’atteler notre famille politique, la gauche ouvrière, populaire, anti-impérialiste et panafricaine pour prolonger la victoire du peuple contre le pouvoir mafieux, autocratique du libéral A. Wade et du PDS.

Dakar, le 06 juin 2012-06-06 Le Secrétariat Politique


* « Déchouker » est un mot utilisé par nos parents antillais pour dire « déraciner ».

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes