samedi, 25 novembre 2017
 

« Paris : Deuxième Forum Économique de la Francophonie : Le business avant la démocratie ? »

A l’occasion du deuxième Forum Économique de la Francophonie, qui se tiendra à Paris le 27 octobre « Tournons la Page » interpelle l’Organisation Internationale de la Francophonie sur le respect de l’État de droit et des principes démocratiques par les dirigeants d’Afrique francophone. Organisé par Richard Attias, soutien indéfectible des Présidents Ali Bongo et Denis Sassou N’Guesso, ce forum Économique de la Francophonie, sous l’égide de l’OIF et du Ministère français des Affaires étrangères et du Développement international, accueillera la Secrétaire générale de la Francophonie Michaëlle Jean, le Président François Hollande et plusieurs Chefs d’Etats africains, Macky Sall, Hery Rajaonarimampianina, Faure Gnassingbé et Ali Bongo.

Au cours des derniers mois, plusieurs Chefs d’Etat africains notamment au Togo, au Burundi, en République Démocratique du Congo, au Rwanda, au Cameroun, et récemment en République du Congo, sont soupçonnés d’avoir muselé et réprimé les militants pro-démocrates, truqué les élections, et procédé à des coups de force pour modifier leur Constitution à des fins personnelles en vue de se maintenir au pouvoir.

L’invitation de Faure Gnassingbé et Ali Bongo à ce forum est troublante puisque ces deux chefs d’Etat sont au pouvoir après leur père, suite à la suppression des limitations de mandats, et se maintiennent par des mascarades électorales. Cette invitation est aussi paradoxale face à la situation que vit aujourd’hui le peuple en République du Congo, qui cherche à se libérer, comme précédemment au Burkina Faso, de la confiscation du pouvoir par un Président inamovible. Quitte à organiser un référendum relevant d’une manipulation constitutionnelle pour convenance personnelle ! Aussi nous espérons vivement que le gouvernement français saisira l’occasion de ce forum pour rappeler les principes qu’il défend sur la qualité des processus démocratiques, le renforcement de l’État de droit, la gouvernance et les droits humains.

Les régimes corrompus génèrent une mauvaise gouvernance et font perdurer des systèmes de prédation et de clientélisme, qui contredisent la stratégie économique de l’OIF en faveur d’une « Francophonie économique au service d’un développement humain durable ». L’Histoire démontre que des processus démocratiques dévoyés appauvrissent les populations des États, malgré les ressources naturelles et minières sur lesquelles ils reposent.

Pour les membres de la campagne internationale « Tournons la page », il n’y aura pas de réel développement économique durable et équitable sans un véritable processus démocratique où les citoyens sont pleinement libres de choisir leur modèle de société et de développement. Lors de notre appel du 15 octobre 2014, nous avions repris dans ses termes le slogan privilégié des chancelleries, des médias et des milieux économiques internationaux « L’Afrique – continent de l’avenir ! » Mais l’avenir de qui ? Celui des investisseurs étrangers et de quelques familles dirigeantes ? L’économie internationale a besoin des richesses de l’Afrique, mais peut-elle décemment prospérer sans les Africains ? « L’avenir du continent n’appartiendra aux Africains qu’à la condition d’une véritable démocratie. Or, pas plus qu’ailleurs, il n’est de démocratie en Afrique sans alternance ».

Face aux dirigeants africains qui se maintiennent au pouvoir au mépris des droits et de la volonté de changement de leurs peuples rassemblés en mouvements citoyens pacifiques et non-partisans, les organisations africaines et européennes du collectif « Tournons la Page » dénoncent l’accaparement du pouvoir et le dévoiement des processus démocratiques, et demandent :

- à l’OIF et au gouvernement français de prendre position sur les coups d’État constitutionnels en particulier sur la République du Congo,
- à l’OIF de stopper toute coopération qui renforce des régimes non démocratiques comme ceux du Togo et du Gabon,
- à l’OIF d’être attentif à la qualité des processus électoraux en cette période d’élections multiples, en particulier en soutenant les initiatives des démocrates et des sociétés civiles de tous les pays, et notamment du Gabon avant la présidentielle de 2016.

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes