dimanche, 20 mai 2018
 

M. Hollande, ne cautionnez pas la dictature gabonaise en recevant Ali Bongo !

Pourquoi c’est important Depuis 1967, le soutien politique et militaire français a permis à Omar Bongo de se maintenir en échange de l’accès au pétrole et à l’uranium du pays et du financement des partis politiques français de tous bords, comme le révéla la célèbre Affaire Elf. Il fut un dictateur brutal qui détourna une part importante des revenus pétroliers du pays. Son fils Ali Bongo, mis en cause en France dans l’affaire des biens mal acquis et arrivé au pouvoir en 2009 à la suite d’élections truquées et de violences, suit le même chemin. La répression et les emprisonnements à l’encontre des étudiants et des membres des partis d’opposition et de la société civile au début du mois de juin en témoignent une nouvelle fois.

Le Parti Socialiste français a dénoncé le soutien français à Ali Bongo depuis 2009. En campagne, François Hollande lança « je veux que le 6 mai soit une bonne nouvelle pour les démocrates et une terrible nouvelle pour les dictateurs » et s’est engagé à mettre fin à la Françafrique. Pourtant, contre toute attente, il a prévu de recevoir le dictateur gabonais le 5 juillet.

Pour concrétiser la République irréprochable qu’il a promise et pour apporter un réel soutien aux démocrates gabonais qui se mobilisent pacifiquement au Gabon, François Hollande ne doit pas apporter de caution diplomatique au régime dictatorial gabonais. Ne pas recevoir Ali Bongo, c’est un acte simple et sans ingérence qui envoie un signal fort pour la démocratie et un premier pas vers la fin de la Françafrique.

http://www.avaaz.org/fr/petition/M_...

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes