lundi, 21 août 2017
 

14 août 1791 : Cérémonie du Bois-Caïman (Haïti) / August 14, 1791 : Ceremony of Bois-Caiman (Haiti)

Les Documentaires Afros / "Afro-Documentaries" reviennent sur une date-phare de l’Histoire afro-haïtienne : la nuit du 14 août 1791 qui marque la tenue d’un événement fondateur pour la population de l’île. En effet, c’est pendant cette nuit qu’une assemblée constituée d’esclaves marrons (esclaves noirs ayant réussi à fuir leur condition et/ou les plantations auxquelles ils étaient affiliés) organisa une révolution qui aura lieu quelques jours plus tard. Cette cérémonie vodoue s’est tenue à Bois-Caïman - situé dans le région Nord d’Haïti (Morne Rouge) - et fut présidée par Dutty Boukman ; esclave jamaïcain originaire d’Afrique Centrale, prêtre vodou (Hougan) et leader de différentes révoltes d’esclaves. Il adressa à la foule des esclaves présents cette nuit-là un discours dans lequel il exhorta ses compagnons à se détacher du "Dieu des Blancs qui demande le crime" pour rejoindre "notre Dieu qui demande le bienfait" et rejoindre la vengeance en prenant les armes. De ce fait, cette cérémonie, en utilisant le vodou, a servi de catalyseur pour les esclaves d’ascendance africaine de Saint-Domingue. A leur arrivée sur l’île, chaque esclave était soigneusement éloigné le plus possible de ses proches ou d’autres esclaves parlant la même langue. Ainsi, les propriétaires d’esclaves coupaient court à toute tentative de réunion et donc, de rébellion potentielle. Outre son aspect religieux, la cérémonie du Bois-Caïman fut le point de départ de la révolution de haïtienne qui en vérité débuta dans la nuit du 16 août 1791, alors que l’habitation Chaband brûlait. Notons, pour finir, qu’en dépit de l’importance de cette date du 14 août, plusieurs tentatives de révolution eurent lieu quelques années auparavant, dont celles menées par Padrejean en 1676 et François Mackandal en 1757, et que l’Histoire dite "traditionnelle" se plaît allègrement à sous-estimer, voire oublier... .

The "Afro-Documentaries" page returns on a rightly regarded as a flagship’s date of Afro-Haitian history : the night of August 14, 1791 which marked the holding of a seminal event for the people of the island. Indeed, it was during this night that a meeting composed of maroon slaves (slaves who managed to escape their condition and / or plantations which they were affiliated) organized a revolution to take place a few days later. The voodoo ceremony was held in Bois Caiman - located in the northern region of Haiti (Morne Rouge) - and was presided over by Dutty Boukman, Jamaican slave native to Central Africa, voodoo priest (Hougan) and leader of various slaves’ revolts. He addressed the crowd of slaves in this night a speech in which he urged his companions to detach from the "God of whites who demands the crime", to join "our God who asks the favor" and get revenge by taking weapons. Therefore, this ceremony, using voodoo, served as a catalyst for the slaves of African descent in Santo Domingo. Upon arrival on the island, each slave was carefully removed as possible from relatives or other slaves who spoke the same language. Thus, slave owners countered any attempt of meeting and therefore, potential rebellion. In addition to its religious aspect, the ceremony of Bois-Caiman was the starting point of the Haitian revolution that truly began on the night of August 16, 1791, while the Chaband plantation burned. Note, finally, that despite the importance of this August 14, several attempts at revolution took place a few years ago, including those conducted by Padrejean in 1676 and Mackandal François in 1757, and the "traditional" history regularly underestimate or forget it ... .

Source : https://www.facebook.com/DocsAfros/posts

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes