samedi, 16 décembre 2017
 

Débat sur Exhibit B

Nous publions deux position contradictoires sur Exhibit B

Communiqué de la LDH, de la Licra et du Mrap

Paris, le 21 novembre 2014

Exhibit B : un spectacle qui ne doit pas être interdit ou annulé !

La pièce de Brett Bailey, Exhibit B, est au centre d’une controverse qui a pris une forme inadmissible.

D’aucuns, jugeant cette pièce sans l’avoir vue, la considèrent raciste et demandent sa déprogrammation du TGP, à Saint-Denis et du 104, à Paris. Ils l’accusent de montrer les Noirs dans des positions de victimes, et vont jusqu’à demander son interdiction aux préfets.

Comme si la représentation de la façon dont les préjugés racistes ont pu aboutir aux situations les plus abominables, comme l’esclavage, les discriminations coloniales, les humiliations, les zoos humains, n’avait plus aucun sens aujourd’hui. Comme s’il n’était plus convenable ou utile de montrer comment l’être humain est capable de se comporter quand il se croit supérieur, grâce à la couleur de sa peau.

Dans la France d’aujourd’hui, dont les préjugés racistes n’auront pas disparu, loin s’en faut, nous, organisations antiracistes, affirmons que l’art doit être libre de contribuer à la lutte contre ce fléau, et que nul ne saurait interdire à un artiste de représenter la souffrance qui en résulte, dès lors qu’il n’en fait pas l’apologie. Nous affirmons qu’il n’est pas admissible de faire un procès d’intention à l’artiste au motif qu’il est blanc, la lutte contre le racisme étant universelle et ne pouvant dépendre de la couleur de la peau, des origines ethniques ou des convictions religieuses de ceux qui la portent.

Car l’actualité récente nous rappelle avec force la nécessité impérieuse de promouvoir en permanence le devoir de mémoire. Ainsi, dans un entretien accordé à Sud-Ouest, le 4 novembre dernier, Willy Sagnol a déclaré : « L’avantage du joueur typique africain, c’est qu’il n’est pas cher quand on le prend, il est généralement prêt au combat et on peut le qualifier de puissant sur un terrain. Mais le foot, ce n’est pas que ça. Le foot, c’est aussi de la technique, de l’intelligence, de la discipline. » Ces propos nauséeux et racistes, qui renvoient le joueur africain, le Noir, à l’animalité, à la « puissance », tandis que la technique, l’intelligence et la discipline restent l’apanage des Nordiques, des Blancs, auraient dû susciter une réprobation unanime.

Au lieu de cela, les instances officielles du football ont soutenu l’entraîneur, le président des Girondins a répondu de façon agressive à une demande de sanction en se solidarisant avec Willy Sagnol, et ont été diffusées massivement des images sidérantes de joueurs noirs et méritants venant consoler leur coach !

Si un spectacle de théâtre, dont la diffusion est infiniment plus modeste, ne peut, à lui seul, résoudre la question aussi cruciale du racisme, il est non seulement légitime qu’une œuvre, à sa manière, et avec toute la subjectivité de l’artiste, puisse s’adresser aux spectateurs sans que personne ne s’immisce entre les deux pour juger en lieu et place du public, mais nécessaire quand elle illustre, fût-elle d’une manière crue et dérangeante, les dangers des clichés les plus éculés du racisme.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Collectif contre Exhibit B

Communiqué de presse 21 novembre 2014

La campagne contre Exhibit B dépasse les 17 000 signatures et appelle à un rassemblement “pour exprimer notre indignation et notre colère”.

Le collectif contre Exhibit B, mis en place pour s’opposer à l’exposition de Brett Bailey qui est composée de tableaux vivants de Noirs enchaînés ou dans d’autres positions dégradantes, a vu son soutien décoller cette semaine. En trois jours plus de 7 000 nouvelles personnes ont signé la petition demandant la déprogrammation de cet évènement, que le collectif considère être une atteinte à la dignité humaine. Le total à ce jour est de 17 408 signatures.

Si l’exposition n’est pas annulée avant, il y aura un rassemblement de protestation devant le Théâtre Gérard Philipe à Saint Denis le 27 novembre à 18 heures.

“Toutes les voix doivent s’entendre et nous avons le devoir de dire notre colère ! Il y a déjà quatre fois plus de signatures sur cette petition que le nombre total de billets vendus en France pour Exhibit B cette année, mais Brett Bailey continue à refuser un débat public ! Lui qui prétend vouloir ‘ouvrir une conversation’ sur le racisme !” souligne John Mullen, historien et membre du collectif.

Un autre historien du collectif, Dieudonné Gnammankou, explique sa colère :

“Les victimes du racisme demandent le respect, la pleine jouissance de leurs droits et la répression du racisme puisque nous vivons dans des États dits de droit. A la sortie d’une exposition sur les zoos humains, une fois le spectacle de l’horreur consommé, une témoin de Poitiers où Exhibit B a ouvert la semaine dernière, a vu des visiteurs pouffer de rire. On voit bien que ce n’est pas l’histoire de la souffrance de leurs ancêtres qu’ils étaient allés voir. Quant aux visiteurs bienveillants, venus "apprendre", il y a fort à parier qu’ils n’auraient que de la pitié pour les victimes. Or c’est la dernière chose que les Noirs attendent des descendants de leurs anciens bourreaux. Après le paternalisme et la condescendance, épargnez-nous la pitié !”

Penda Traore, qui a écouté M Bailey expliquer son oeuvre lors d’une conference la semaine dernière, rajoute “Pendant une heure il nous a parlé de la genèse de sa démarche - lui petit enfant blanc d’Afrique du Sud élevé dans la négation du peuple noir : fondement du régime de l’Apartheid. Je lui ai dit en personne, face à face, la grande colère que je ressentais (et ressens) après sa présentation. En tant que femme, noire, mère, je refuse cette interprétation qui confond le noir et la victime, qui "essentialise" le noir dans la figure de victime.. En tant que parent, je refuse que mon fils voie cette installation, lui qui a parfois du mal à croire que ce n’est pas une malédiction d’être noir.”

Bams, artiste du collectif : “Les enfants exposés lors du dernier zoo humain en 1958 en Belgique vivent encore aujourd’hui. C’est bien à mon histoire personnelle et à cette blessure encore ouverte que tout ceci renvoie. Et non Mr Bailey, exposer ainsi mes parents, grands-parents, arrières-grands-parents pour ‘sensibiliser’ au racisme, au détriment des sensibilités spécifiques qui sont les nôtres, n’est pas moral ! Et ne permet ni la paix, ni la réconciliation. "

Le collectif souhaite un débat public avec Brett Bailey, ou éventuellement avec ses représentants.

Le collectif tout entier s’indigne de la réponse faite dans dans les médias par les directeurs du Théâtre Gérard Philipe à Saint Denis et du centre 104 à Paris, lui demandant “d’arrêter cette polémique” et suggérant que l’opposition vient de gens qui ne comprennent rien à la culture ni à l’histoire. Toutes les personnes qui ont signé notre petition sont importantes pour nous, mais face aux accusations que nous sommes des ignorants, nous listons ci-dessous certaines des signatures de gens connus pour leurs compétences dans ces domaines.

Maryse CONDE (romancière, professeur de littérature retraitée de l’Université de Columbia, New York et première présidente du Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage)

Maboula SOUMAHORO, (enseignante chercheuse )

Françoise VERGÈS (historienne, spécialiste de l’histoire coloniale, ancienne présidente du Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage)

Myriam COTTIAS, (présidente du Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage)

Joby VALENTE (comédienne et chanteuse),

José PENTOSCROPE (militant associative, président du Cifordom),

lain MABANCKOU (écrivain),

Nathalie FANFANT ( femme politique)

Ernest DUKÛ (peintre)

Souria ADÈLE (comédienne actuellement à l’affiche dans une pièce de théâtre sur l’esclavage MARY PRINCE)

KENZY (producteur)

Laurent SOREL Conseiller d’arrondissement Ensemble-Front de Gauche Paris 20ème.

Mohammed BEN YAKHLEF élu municipal Ensemble Front de Gauche à Villeneuve St George.

Contacts : Bams bamsnews@gmail.com John john.mullen@wanadoo.fr Franco anc2france@yahoo.fr Penda ptraore@yahoo.fr

Facebook : https://www.facebook.com/contreexhibitB

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes