dimanche, 24 septembre 2017
 

L’APATRIDIE EST UNE INJUSTICE À LAQUELLE IL EST URGENT DE METTRE FIN LEUR SOCIÉTÉ

Aujourd’hui en Afrique, de plus en plus de personnes n’ont pas droit à une nationalité et sont donc considérées comme étant apatrides. Ce phénomène frappe surtout des gens pauvres dont les ancêtres étaient originaires de pays limitrophes.

A Madagascar par exemple, de tout temps il y a eu une immigration de population venant des îles Comores situées dans le proche voisinage. A l’époque où la même puissance coloniale, la France, dominait ces deux pays, les va-et-vient de part et d’autre étaient même encouragés au gré des besoins en main d’œuvre des capitalistes français établis sur place. Il n’existait pas de frontière à proprement parler entre ces deux pays à peine séparés par un petit bras de mer. En 1960 lorsque l’indépendance de la Grande Île fut accordée, de nombreuses personnes se sont établies à Madagascar, ont eu des enfants puis des petits enfants sur le sol. Leur nombre est tellement important qu’il est coutume de dire qu’ils représentent la 19e composante ou tribu du pays.

Mais toutes ces personnes ne bénéficient pas de la nationalité malgache et donc sont considérées comme des apatrides. Les adultes sont de ce fait écartés de nombreuses professions. Lors de leurs déplacements à l’intérieur du pays ou vers l’extérieur, ils sont en permanence confrontés à de multiples tracasseries qui empoisonnent leur existence. Ils sont des proies faciles pour les fonctionnaires véreux qui leur extorquent des sommes d’argent dans chacune de leurs démarches.

Souvent leurs enfants n’existent pas dans les registres et sont donc marginalisés, privés de droits y compris scolaires et vulnérables à divers types d’exploitation.

En 1976 lorsqu’une crise avait basculé les classes pauvres dans une grave misère, le pouvoir de Ratsiraka avait réussi à détourner la colère contre cette communauté cataloguée comme comorienne, même si elle est parfaitement intégrée et se sent malgache. Cela s’est traduit par des dizaines de morts dont témoigne encore aujourd’hui un monument à la périphérie de la ville de Majunga (Nord-ouest).

Aujourd’hui de nombreuses personnes n’acceptent plus de continuer à être privées du droit élémentaire qu’est celui d’être considéré comme étant citoyen de ce pays où ils sont nés et où ils ont grandi depuis plusieurs générations. Avec l’appui de l’ONU ils réclament haut et fort la fin des dispositions discriminatoires à l’accession à la nationalité. Le gouvernement malgache vient d’annoncer que l’Assemblée nationale se réunira avant la fin de cette année pour réviser le code d’accès à la nationalité.

Mais Madagascar n’est pas le seul dans ce cas. En Côte d’ivoire par exemple il y aurait 700 000 personnes confrontées à ce problème. La moitié d’entre elles sont les enfants ou les petits enfants de ressortissants déplacés en masse depuis la Haute Volta, leur terre d’origine, par les colonisateurs français. C’était l’époque où ceux-ci voulaient satisfaire les besoins en main d’œuvre corvéable des grandes exploitations de café et de cacao entre les mains des riches propriétaires issus de la métropole. C’était aussi l’époque où Abidjan s’agrandissait et où le besoin en bras se faisait sentir pour construire un port en eau plus profonde afin d’exporter ces denrées dont ce pays était le 1er producteur du continent.

Une fois l’indépendance acquise, ces travailleurs ont progressivement adopté ce pays et s’y sont établis surtout qu’à leur époque la contrée où ils étaient nés n’était pas considérée comme un pays à part par les colonialistes. Chacune des deux parties n’était séparée que par une subdivision administrative.

L’autre moitié de ceux qui ne bénéficient pas de la nationalité ivoirienne sont des personnes qui quand elles étaient en bas âge ont été trouvées sans parents. Pour obtenir des papiers en règle il leur faut accomplir des démarches juridiques et remplir des conditions difficiles à réunir.

L’apatridie peut signifier une vie sans éducation, ni soins de santé ou emploi formel, une vie sans liberté de mouvement et perspective d’avenir. Il y a aussi l’insécurité permanente face aux forces de l’ordre qui sont méprisantes à leur égard. Le gouvernement ivoirien a promis d’assouplir les dispositions nécessaires en vue de favoriser leur intégration en tant que citoyen à part entière. Mais entre les paroles et les actes il y a parfois un fossé, celui-ci ne sera comblé que grâce à la mobilisation de tous.

Il y a des patrons qui profitent de la situation actuelle pour diviser les travailleurs entre nationaux et non nationaux. Ils sont contents de pouvoir faire accepter des bas salaires et des mauvaises conditions de travail à ceux qui sont les plus vulnérables. Heureusement qu’ils n’ont pas toujours les mains libres car entre les travailleurs, du fait qu’ils vivent la même exploitation, qu’ils se connaissent, se côtoient et vivent dans les mêmes cours communes des quartiers populaires, il existe une solidarité parfois bien réelle et c’est cela qui est porteur d’espoir et fera bouger les choses.

Source : http://www.uatci.org

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS

"Areva au Niger : un environnement sacrifié"[tiré de Survie France le 19 septembre 2017]

Liberté coloniale[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Mo Ibrahim tacle la France[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Ouattara dans de bonnes mains[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Milices européennes[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Sessions de rattrapage[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Soutien français à la déforestation[tiré de Survie France le 16 septembre 2017]

Non merci[tiré de Survie France le 16 septembre 2017]

0 | 8 | 16 | 24 | 32 | 40 | 48 | 56 | 64 | ...

Thèmes