samedi, 20 janvier 2018
 

Bulletin Afriques en lutte juillet-août 2010

PDF - 2.6 Mo

Edito :Equipe de France de football : les fantasmes d’un nationalisme rance

Ni Dieu ni Domenech n’ont été en mesure de réaliser de miracle : la France ne remportera pas le Mondial 2010. C’est la loi du sport. Mais celles et ceux qui espéraient des bénéfices politiques et financiers d’un remake de la victoire de 1998 en sont aussi pour leurs frais. Cette année-là on a beaucoup célébré la victoire d’une France « Blacks, Blancs, Beurs » où les gamins des banlieues n’étaient pas la cible de penseurs en mal de reconnaissance mais étaient promis à un avenir Zidanesque. 14 ans, une révolte, et surtout une élection présidentielle plus tard, retour à la case départ, et pire même. En 2005, le ministre Sarkozy menace de nettoyer au karcher la « racaille » des cités. En 2007, le candidat-PDG nous somme d’aimer la France ou de la quitter, pauvres con-ne-s que nous sommes à nous serrer la ceinture, entassé-e-s dans les quartiers populaires, infoutu-e-s d’avoir une Rolex à 50 piges passées. L’équipe qui gouverne la France, avec son super sélectionneur de président, est, elle, très publiquement, plus encline aux insultes qu’aux avancées sociales. De Hortefeux, à Morano, en passant évidemment par Besson et autres caïds à lunette de l’UMP, on ne compte plus les invectives racistes et le mépris de classe. Alors, bien sur, le football est à remettre dans son cadre social. Celui d’un sport populaire, où le travail, le talent, le respect de l’autre produisent souvent très beaux moments de jeu et de spectacle collectifs, mais que la marchandisation et le bizness outranciers ont profondément perverti. Et, tout en évitant d’en faire le centre des préoccupations politiques et sociales, nous devons dénoncer aussi bien le mirage de la victoire de 1998 présentée comme la concrétisation de l’égalité des chances et des droits, que le racisme et le nationalisme puant sous-jacents aux critiques de la défaite des « Bleus » en 2010. Cet échec sportif a en effet réveillé les stridulations vuvuzelesques des penseurs « ethnicistes » qui prétendent défendre l’honneur de la France éternelle (comprenez blanche et chrétienne), et sont aujourd’hui relayés bien au-delà de leurs rangs habituels. En ces temps de crise et de difficultés pour les classes dirigeantes, ces philosophes en carton, les Finkelkraut et Zemmour, entendent nous éclairer sur ces dangereux « caïds de banlieues » et les cohortes qu’ils cachent sous leurs maillots. Si la France (éternelle…) va mal, c’est de la faute aux immigré-e-s, à leurs enfants, et à ces crasseux petits Blanc-che-s traitres-ses à leur race et qui trainent en leur compagnie, formant des bandes bruyantes et malodorantes de sauvageons totalement inassimilables et non bio-dégradables dans les valeurs françaises judéo-chrétiennes. La mise en avant politique et médiatique de cet épisode sportif est ainsi autant symptomatique qu’affligeante. On convoque Thierry Henry à l’Elysée et on auditionne Domenech et Escalettes à l’Assemblée, plutôt que d’accéder aux revendications des millions de manifestant-e-s qui défendent la retraite à 60 ans, parce que la « question nationale » a bien plus d’importance pour le gang de Fouquet’s que la « question sociale ». Ce ne sont donc pas les joueurs de l’équipe de France qu’il faut virer, mais bel et bien Sarko 1er, Woerth le second couteau et toute leur cour bling bling ! Et pour parler un peu grossièrement comme le cousin Nico (celui d’Arsenal, évidemment), nous, on leur dit bien haut et fort : ALLEZ VOUS FAIRE BROSSER AVEC VOTRE SYSTEME CAPITALISTE DE MERDE !

Mariam, Kohou, Moulzo, enfants des « républiques bananières » qui vous saluent, cheveux au vent, du haut de leurs cocotiers cinquantenaires.

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes