dimanche, 21 octobre 2018
 

Bulletin Afriques en lutte Mai Juin 2010

PDF - 1.8 Mo

En mai, ravivons nos mémoires et nos luttes Si, pour les ouvrier-e-s du monde entier, le 1er mai est la journée des luttes contre le capitalisme, ce mois est également, pour les communautés antillaises notamment, une période de mémoire. Car le joli mois du muguet fut aussi celui qui vit fleurir de nombreuses révoltes d’opprimé-e-s. C’est le 10 mai 1802 qu’en Guadeloupe, le colonel Louis Delgrès lança l’appel à l’insurrection du peuple face aux armées napoléoniennes venues rétablir l’esclavage. Depuis 1791, dans l’île voisine de Saint- Domingue (bientôt Haïti), esclaves et Nègres-marrons ont montré la voie, en obtenant une première fois l’abolition de l’esclavage et en résistant victorieusement aux différentes armées qui ont tenté de le rétablir sur leur territoire. L’insurrection guadeloupéenne aura malheureusement moins de succès. Le 28 mai 1802, l’habitation d’Anglemont, où se sont réfugié-e-s les dernier-e-s insurgé-e-s, saute et le cri collectif de « vivre libre ou mourir » résonne. L’esclavage est rétabli le soir même. Malgré tout, la résistance continue. Et c’est cette agitation persistante des résistant-e-s noir-e-s, qui n’ont pas attendu l’assentiment d’un Victor Schoelcher, qui va finalement amener les républicains à abolir l’esclavage en avril 1848. Les décrets prévoient deux mois de délai mais ce sont les événements sur place qui vont précipiter le processus. En Martinique, la révolte éclate le 22 mai et la liberté proclamée le 23 mai, puis le 27 mai en Guadeloupe. En 1870, c’est encore en mai qu’a lieu, en Martinique, une nouvelle insurrection, après qu’un artisan du nom de Lubin ait été roué de coups de fouet pour avoir refusé de saluer un Béké. La révolte dure 6 jours et de nombreuses usines à sucre sont incendiées. Certain-e-s chefs de l’insurrection (parmi lesquel-le-s Louis Telga, Eugène Lacaille, Daniel Bolivard, Lumina Sophie et Rosalie Soleil) auraient même songé à l’indépendance, l’oppression coloniale et raciste sous le Second Empire et l’exemple d’Haïti, première république noire et libre proclamée en 1804, ayant provoqué la naissance d’un sentiment national. Enfin, dans l’histoire plus récente, les 25, 26 et 27 mai 1967 sont des jours de triste mémoire pour la Guadeloupe. Les CRS tirent sur des lycéen-ne-s et des travailleur-euse-s en grève pour une augmentation salariale, faisant une centaine de blessés et 87 morts, dont Jacques Nestor, dirigeant du mouvement indépendantiste GONG qui est à la tête de mobilisation. De ce moi de mai chargé en date symboliques fortes, c’est donc le 10 mai qui a été choisi comme journée officielle de l’abolition de l’esclavage. Cela a été obtenu bien plus grâce aux décennies de luttes des communautés noires qu’à la bienveillance d’un Jacques Chirac alias monsieur « le bruit et l’odeur ». Car la République française n’a jamais « libéré » qui que ce soit de son plein gré. Les esclaves haïtien-ne-s qui montrèrent la voie dès 1791 en ont payé le prix fort, ainsi que leurs descendant-e-s jusqu’à aujourd’hui. Tout comme les manifestant-e-s de Sétif et Guelma, massacré-e-s le 8 mai 1945 pour avoir réclamé leur libération du joug colonial français, et qui sont toujours largement ignoré-e-s des célébrations du 8 mai officiel. Alors que le racisme et les discriminations gangrènent la société, et que se perpétue l’ « esclavage » économique des peuples du Tiers-monde, asservis par la Banque mondiale, le FMI et les puissances occidentales comme la France, l’histoire et la mémoire de ces combats doivent nous donner la force et l’inspiration de les poursuivre avec la même ferveur que celles et ceux qui se sont battu-e-s avant nous. Et une belle manière de continuer à le faire, jusqu’à la fin du mois de mai, est par exemple de soutenir la marche Paris-Nice des Sans papiers qui ont décidé de « célébrer » à leur manière le clinquant cinquantenaire de la Françafrique en manifestant contre la politique anti-immigration, raciste et néocoloniale de la France, et de avec elles et eux des revendications solidaires et internationalistes à l’occasion du contre-sommet citoyen organisé le 29 mai à Aubervilliers. Ensemble, osons inventer l’avenir, car oui, nous aussi nous le pouvons.

Mariam Seri-Sidibe et Kohou Mbwelili

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes