Vous êtes ici : Accueil » Afrique centrale » Burundi » L’AFPA salue l’unité de l’opposition au Burundi et réaffirme son soutien au (...)

L’AFPA salue l’unité de l’opposition au Burundi et réaffirme son soutien au camarade Léonard NYANGOMA

D 15 août 2015     H 05:35     A Alliance des Forces Progressistes africaines (AFPA)     C 0 messages


L’AFPA se réjouit du choix du camarade Léonard NYANGOMA du CNDD pour diriger la coalition des partis de l’opposition burundaise à l’issue de leur réunion du samedi 1er août 2015 à Addis-Abeba.

Au regard de la forte et continuelle mobilisation de la population pour contester sa candidature considérée comme un viol de la constitution nationale puis pour dénoncer son élection qu’elle juge frauduleuse, une seule question se pose : comment Pierre NKURUNZIZA peut-il en effet diriger un pays en constante ébullition qui le vomit quotidiennement par des manifestations de rue et des slogans hostiles vociférés par la jeunesse ? Une jeunesse qui refuse de voir sa troisième élection – en dépit de la Constitution qui ne l’autorise pas – comme un fait accompli devant lequel tout le monde devrait se plier.

Soucieux d’une nation apaisée, solidaires dans la volonté de construire le pays autour de ses lois fondamentales, les partis de l’opposition se sont réunis à Addis-Abeba le week-end dernier pour tenter de trouver une solution à ce qu’il convient désormais d’appeler une fronde nationale permanente à l’encontre du pouvoir. Pour la première fois – à l’exception de celui d’Agathon RWASA qui vient d’être élu vice-président de l’Assemblée nationale après avoir rejoint NKURUNZIZA – tous les partis de l’opposition sont tombés d’accord pour appeler les hommes politiques au pouvoir à reprendre les négociations pour des élections crédibles, respectueuses de la Constitution.
C’est notre camarade Léonard Nyangoma qui a été choisi pour diriger le Conseil national pour le respect de l’accord d’Arusha et la restauration d’un état de droit au Burundi (Rnarec). Tâche délicate parce qu’elle suppose une indéfectible solidarité au sein de cette coalition, mais surtout par la nécessité de trouver les moyens d’emmener le pouvoir à la table du dialogue national sans Pierre NKURUNZIZA dont l’inéligibilité n’est pas négociable.

Le président américain Barack OBAMA avait, quelques jours auparavant pris la parole devant les dirigeants de l’Union africaine pour prononcer ces mots que tous les Africains, soucieux du respect de la constitution de leurs pays respectifs, ont pris pour un encouragement à ne pas céder devant ceux qui tentent de pérenniser leur pouvoir alors que les lois nationales ne le leur permettent pas : « Quand les dirigeants refusent de se retirer une fois leur mandat terminé, les progrès démocratiques en Afrique sont en danger ». Le même Barack OBAMA avait pendant son premier mandat, déclaré que l’Afrique avait besoin de Constitutions fortes et non pas d’hommes forts.
Devant la difficulté de la mission dont il a la charge, devant la forte et claire affirmation de la nécessité pour les Africains de respecter les lois qu’ils se donnent, l’AFPA apporte au camarade Léonard NYANGOMA son soutien pour mener le combat de l’opposition burundaise jusqu’à la victoire de la démocratie et du progrès social pour le peuple burundais.

Pour l’AFPA : Raphaël Adjobi, Christophe Masamba, Pierre Boutry le 7 août 2015