Vous êtes ici : Accueil » Afrique centrale » Congo Kinshasa » 19 DECEMBRE 2016 A MINUIT « #ByeByeKabila »

19 DECEMBRE 2016 A MINUIT « #ByeByeKabila »

D 17 décembre 2016     H 05:01     A collectif FILIMBI (RDC)     C 0 messages


Le Collectif FILIMBI tient, à travers le présent communiqué, à fixer l’opinion sur sa position en rapport avec différents points d’actualité, à savoir :

1. La lettre du ministre démissionnaire de l’Intérieur, M. Evariste Boshab, rappelant aux gouverneurs des provinces son interdiction de toute activité des mouvements citoyens pacifiques FILIMBI et LUCHA sur tout le territoire congolais, tout en qualifiant abusivement ces derniers d’associations anarchisantes. Le collectif FILIMBI condamne avec la dernière énergie cette décision anticonstitutionnelle qui viole les droits fondamentaux d’association et de réunion, pourtant garantis par la Constitution, et demande aux gouverneurs des provinces de s’en désolidariser conformément à l’article 28 de la Constitution qui stipule que tout individu, tout agent de l’Etat est délié du devoir d’obéissance, lorsque l’ordre reçu constitue une atteinte manifeste au respect des Droits de l’Homme, des libertés publiques et des bonnes mœurs. En agissant de la sorte, le ministre laisserait-il entendre que le Président de la République, qui a récemment reçu une délégation de la LUCHA, favorise l’existence d’associations dites anarchisantes ? En outre, ayant appris que M. Boshab ainsi que le ministre de la Justice, M. Alexis Thambwe Mwamba, détiennent une résidence permanente en Belgique, le Collectif FILIMBI informe l’opinion de son intention de saisir les juridictions compétentes concernant leur implication avérée dans des actes de violation grave et caractérisée des Droits de l’Homme en RDC au vu des fonctions qu’ils occupaient au sein du gouvernement, principalement lors des massacres de janvier 2015 et septembre 2016.

2. Le Collectif FILIMBI condamne fermement la multiplication d’actes de répression et d’intimidation commis par des agents de l’Agence Nationale des Renseignements (ANR) et de la Police Nationale, dont principalement les enlèvements et/ou séquestrations des citoyens en général, et des jeunes militants des mouvements citoyens et partis politiques en particulier, qui agissent pacifiquement pour le départ de l’actuel Président au plus tard le 19 décembre 2016 à minuit, conformément à la Constitution. Ainsi, le Collectif FILIMBI exige la libération de tous les compatriotes illégalement détenus (Jeunesse du Rassemblement, LUCHA, etc.).

3. Le Collectif FILIMBI encourage la CENCO dans sa tentative de résolution pacifique de la grave crise politique actuelle, tout en insistant sur le fait ladite crise a été volontairement créée par l’actuelle majorité au pouvoir sous l’impulsion de son « autorité morale » et Président de la République, lequel a doublement violé intentionnellement la Constitution, à travers, d’une part, la non convocation du scrutin de l’élection présidentielle par la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) le 19 septembre 2016, conformément à l’article 73 de la Constitution, et, d’autre part, son implication dans des actes de violations graves et caractérisées des Droits de l’Homme, conformément à l’article 165 de la Constitution.
Toutefois, le collectif FILIMBI met en garde toutes les parties prenantes aux échanges initiés par la CENCO et leur rappelle qu’elles sont tenues de respecter au maximum la lettre et l’esprit de la Constitution, la résolution 2277 du Conseil de Sécurité des Nations Unies ainsi que la volonté populaire en obtenant la démission de l’actuel Président de la République, au plus tard le 19 décembre 2016 à minuit, unique moyen de préserver la paix et la stabilité dans notre copropriété. Au cas contraire, la RDC n’étant pas la propriété privée de l’un ou l’autre groupe politique, ils seront TOUS désavoués par la population, accusés de haute trahison, et en subiront les conséquences conformément à l’article 64 de la Constitution

4. Le Collectif FILIMBI remercie les partenaires internationaux pour leur soutien à la population congolaise et leur demande de poursuivre le processus des sanctions ciblées et de mettre clairement en garde le Président Kabila et son entourage contre toute forme de répression dont les citoyens pourraient être victimes dans le cadre des manifestations pacifiques qui seront lancées au cas où le Président Kabila refuserait de quitter le pouvoir au plus tard les 19 décembre 2016 à minuit, conformément à la Constitution

5. Le Collectif FILIMBI félicite les courageux efforts de mobilisation du peuple congolais, et l’encourage à poursuivre activement la campagne pacifique d’au revoir à l’actuel Président « #ByeByeKabila » et de se préparer à exercer son devoir citoyen en faisant échec à la tentative de putsch de ce dernier, à travers une résistance pacifique générale et ininterrompue, au cas où il s’obstinerait à se maintenir au pouvoir au-delà du 19 décembre 2016 à minuit.

Le 19 décembre 2016 à minuit #ByeByeKabila

Carbone Beni Wa Beya Floribert Anzuluni
Chargé de la Mobilisation & Déploiement Coordonnateur

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  AFRIQUE AUSTRALE : La lutte contre le trafic d’êtres humains à la traîne derrière les engagements


5 articles au hasard

1.  DÉCLARATION DU MSV-BURKINA SUR LA RÉSISTANCE DU PEUPLE BURKINABE FACE AU PUTSCH DU RSP

2.  RDC : Les veuves Chebeya et Bazana demandent un commissionnement de magistrats militaires de haut rang pour juger le général Numbi

3.  Bénin : COMMUNIQUE DE PRESSE de la CSTB

4.  Les gouvernements africains continuent de sous-financer la santé

5.  Equatorial Guinea : Football and fun to forget media freedom violations ?


Les plus populaires

1.  Élections législatives du 22 février 2013 à Djibouti : dictature, fraudes et répression à l’ombre des bases militaires, quel changement dans la politique française et européenne ?

2.  Djibouti : Protection citoyenne pour Mohamed KADAMY

3.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe

4.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

5.  Nigeria : Les survivantes de la traite confrontées à la pauvreté et la détresse Les autorités devraient renforcer le soutien à ces femmes au lieu de les maintenir dans des centres d’hébergement