Vous êtes ici : Accueil » Afrique centrale » Congo Kinshasa » RDC : ces enfants qui travaillent pour nos Smartphones…

RDC : ces enfants qui travaillent pour nos Smartphones…

D 26 février 2016     H 05:15     A Syndicat Solidaires     C 0 messages


50% de la production mondiale de Cobalt vient de République démocratique du Congo (RDC). La demande croît de 5%
chaque année. Et ce n’est pas prêt de s’arrêter car le cobalt sert à fabriquer les batteries qui se trouvent dans tous les matériels
électroniques portables : tablettes, ordinateurs portables, mais aussi voitures électriques.

Amnesty International vient de
publier un rapport intitulé « Voilà pourquoi on meurt ; les atteintes aux droits humains en RDC » : Dans les mines congolaises des
enfants et des adultes sont mis au travail dans des conditions extrêmement dangereuses, sans aucun outil adéquat ni protection. Ainsi les
« creuseurs » travaillent pieds et mains nues, avec un burin et un marteau, sans casque ni masque. Or, la poussière de cobalt est extrêmement
toxique et son inhalation peut entraîner des maladies pulmonaires mortelles.

Dans les mines artisanales clandestines, les tunnels sont
meurtriers. Ils dépassent la profondeur autorisée et ils s’écroulent, tel un piège se refermant sur ceux qui espéraient survivre grâce à eux. Les
morts ne sont pas souvent rendus à leur famille, ils restent au fond de la mine.

En 2015, au moins 80 mineurs sont décédés. Les enfants
employés dans ces mines se retrouvent à travailler souvent plus de 12h d’affilé, restant parfois 24 heures au fond de la mine. Ils travaillent
par forte chaleur ou sous la pluie et portent des sacs allant de 20 à 40 kg. Sans vêtement de protection, ils tombent malades et risquent leur
vie tous les jours pour gagner entre 1 et 2 dollars la journée, qu’ils se font souvent taxés par la police. Ils ne dénoncent pas ce racket car leur
travail est illégal. Le rapport dévoile aussi que des grandes marques n’effectuent pas les contrôles nécessaires pour vérifier
que la fabrication de leur produit n’intègre pas, par exemple, du cobalt extrait par les enfants et n’enquêtent pas
concrètement sur les violations des droits humains dans leurs chaines d’approvisionnement.

Amnesty International lance
une campagne mondiale qui propose que les clients des entreprises concernées écrivent à leurs fournisseurs pour leur
demander de faire ce travail. Le rapport, un résumé, les propositions d’actions sont disponibles sur le site d’A.I.

www.amnesty.fr/Nos-campagnes/Entreprises-et-droits-humains/Actualites/Les-enfants-qui-travaillent-pour-nos-smartphones-17327

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe


5 articles au hasard

1.  L’Afrique, réserve alimentaire ?

2.  Madagascar : Des « indignés » contestent les pratiques politiques

3.  Burkina Faso : Meurtres et abus commis dans le conflit du Sahel

4.  Constitutional Assembly electoral Law blow to inclusivity in post Revolution Libya

5.  « MADAGASCAR, Grenier de l’Océan Indien » : QUE LES PAYSANS NE DEVIENNENT NI LES OUBLIES NI LES VICTIMES


Les plus populaires

1.  Texte liminaire de la Conférence de presse du mercredi 04 mai 2016 : Des fondements de la rupture d’avec les coalitions Bennoo Siggil Senegal et Bennoo Bokk Yaakaar à la formulation des nouvelles exigences et tâches, ou le temps de l’alternative populaire.

2.  RDC : des conditions de travail « désastreuses » dans les mines de cobalt

3.  Front social : la coordination TLP appelle à manifester le 5 décembre prochain contre la présence des bases étrangères au Niger

4.  L’association SoaMad – Solidaires avec Madagascar – a le plaisir de vous inviter à l’édition 2021 de son SPECTACLE - BAZAR le samedi 4 décembre.

5.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe