Vous êtes ici : Accueil » Afrique de l’Est » Djibouti » Djibouti : Un défenseur des droits de l’homme condamné à trois mois de prison (...)

Djibouti : Un défenseur des droits de l’homme condamné à trois mois de prison ferme

D 21 janvier 2016     H 05:24     A Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH)     C 0 messages


Le Président de la Ligue Djiboutienne des Droits Humains, Mr Omar Ali Ewado est condamné à trois mois de prison fermes par le tribunal correctionnelle de Djibouti en l’absence de l’avocat à ses cotés, Me Abayazid.

Mr Ewado est reconnu coupable pour diffamation publique par le juge, après avoir publié la liste nominative des victimes du massacre du 21 décembre 2015.
Rappelons que la défense avait plaidé la relaxe lors de l’audience du 10 janvier, puisque le Parquet avait reconnu publiquement qu’il n’avait été saisi d’aucune plainte et qu’il n’y avait aucune victime d’une éventuelle diffamation.
La justice djiboutienne a rendu un verdict politique dont le but est d’intimider les défenseurs des droits de l’homme.

Par contre, Zakaria Rirache Miguil et Mohamed Robleh Farah arrêtés le 14 Janvier 2016 et depuis se trouvent au centre de détention de Nagad, un endroit non connu par la parquet de Djibouti.

Quant au co-directeur de publication du Mensuel l’Aurore de l’USN et haut-cadre de la coalition, Kadar Abdi Ibrahim, est mis en liberté provisoire Samedi 16 Janvier 2016, pour avoir publié dans les réseaux sociaux la photo de la petite Soumeya âgée de 7 ans parmi les victimes du massacre du 21 décembre 2015, et sera présenté devant un juge ce mardi 19 Janvier 2016.

Par conséquent, la LDDH dénonce et condamne cette peine de prison et exige la libération immédiate et sans condition du président de la LDDH.

La LDDH lance une alerte aux organisations des défenseurs des droits de l’homme, à la communauté internationale et aux bailleurs des fonds, de faire pression sur le régime en place à Djibouti pour libérer les prisonniers politique, les militants de l’opposition et le défenseur des droits de l’homme.

Le 2ème Vice-président de la LDDH
Mahdi Samireh Sougueh