Vous êtes ici : Accueil » Afrique de l’Ouest » Guinée » Guinée : Le mouvement syndical exprime sa satisfaction après l’augmentation (...)

Guinée : Le mouvement syndical exprime sa satisfaction après l’augmentation des salaires des travailleurs

D 29 décembre 2012     H 12:00     A Abdoul Wahab Barry     C 0 messages


Suite à l’augmentation des salaires des travailleurs guinéens à 50%, qui se fera de façon progressive au cours de l’année 2013, le mouvement syndical guinéen a exprimé sa satisfaction au cours d’une conférence de presse organisé mercredi à la Bourse de travail à Conakry

Au cours de ses entretiens avec les hommes des médias, le porte parole du mouvement syndical, Mamadou Mansaré est revenu largement sur les points de revendications avant de dresser le bilan des résultats des négociations entre le gouvernement, le patronat et le syndicat.

Il a en outre rappelé que sur les 200% d’augmentation des salaires que le mouvement syndical avait sollicité, l’on a pu obtenir 50% d’augmentation d’indice salarial, qui seront payés en trois phases à savoir : 10 pour cent à compter du 1er octobre 2012 ; 15 pour cent à compter du 1er janvier 2013 et 25 pour cent avant fin 2013.

Satisfait de cette augmentation, le conférence a indiqué que : « La Guinée a la possibilité de devenir un pays émergent en faisant tourner l’Usine de FRIGUIA cinq sur cinq... ».

Répondant à Chantal Colle qui l’avait attaqué ouvertement lors d’une conférence de presse, dans l’affaire qui oppose la patronne du groupe de presse Chérie fm/TaTV et les 26 journalistes de son groupe de média renvoyés, le syndicaliste Mamadou Mansaré réagit en ces termes :

« On ne peut pas parler de renvoi, sans suivre et respecter les conditions disciplinaires. Et si la personne qui fait cela est prête à aller au bras de fer, nous aussi on est prêt à y aller. Il ne faut pas que les enfants qui ont les mêmes âges que les miens, soient traités comme des esclaves modernes. Dans les conditions normales, si tu as 25 travailleurs, il faut mettre en place un syndicat. Il faudrait surtout que la loi soit respectée. C’est pourquoi, dans les jours à venir, nous allons déclarer une journée, ’’Guinée sans nouvelles’’. ».

Avec l’appui de l’inspection générale du travail et de la Confédération Nationale des Travailleurs de Guinée (CNTG), un syndicat de la presse privée est en train d’être mis en place pour servir une interface entre les journalistes de la presse privée et les patrons des différents organes de presse évoluant sur le terrain.

Abdoul Wahab Barry

Source : http://www.kababachir.com