Vous êtes ici : Accueil » Afrique de l’Ouest » Mali » Déplacement de François Hollande à Bamako : la guerre et après (...)

Déplacement de François Hollande à Bamako : la guerre et après ?

D 19 septembre 2013     H 12:04     A Survie     C 0 messages


François Hollande se rendra ce jeudi 19 septembre à Bamako pour l’investiture du Président malien, Ibrahim Boubacar Keïta. Ce voyage permettra de montrer à l’opinion publique française que le président français, « intraitable », a obtenu le rétablissement de la démocratie formelle au Mali.

La boucle sera bouclée, les projecteurs vont changer de direction, alors que les Maliens et les Maliennes continueront à se confronter à un grand nombre de problèmes chroniques mais aussi consécutifs à l’intervention française, parmi lesquels :

le mirage d’une relance dans l’intérêt des Maliens : le Plan de relance du Mali acté lors de la conférence des donateurs de Bruxelles en mai 2012 se base sur une politique néolibérale imposée par les bailleurs de fonds (promotion des investissements miniers, biocarburants, …), et sur une logique de dépendance via l’aide au développement. Par ailleurs, les intérêts français vont grandement bénéficier des marchés maliens, comme l’indiquait clairement la primature malienne à l’occasion de la venue d’une délégation du Medef à Bamako : "Quoi de plus naturel qu’après l’intervention héroïque des soldats français, ce soit les industriels du même pays qui accourent"

la mise sous tutelle militaire du Mali et la militarisation de la région vont être durables, avec à terme 12600 soldats mobilisés dans la mission onusienne Minusma largement sous contrôle française [1] et 3200 militaires français toujours présents dans le cadre de missions hors de tout contrôle malien ou onusien et visant à perdurer.

L’incertitude sur la souveraineté de l’Etat malien sur le Nord (en particulier la ville de Kidal) dans un contexte où la France a une relation trouble avec le MNLA et contrôle militairement cette partie du pays – sans dévoiler ses buts quant au statut du Nord.

Autant d’éléments analysés dans l’ouvrage de Survie sorti le 22 août 2013, intitulé La France en guerre au Mali, enjeux et zones d’ombre (ed tribord, 2013 - 7euros)

[1] Ainsi, le chef de la mission, un général rwandais a principalement un rôle de représentation tandis que son état-major est dirigé par un Français et qu’une quinzaine d’autres militaires français en font partie. Voir http://survie.org/billets-d-afrique...

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe


5 articles au hasard

1.  De la révocation d’Ousmane Sonko : l’abus de pouvoir l’a emporté sur le droit

2.  Déclaration du conseil national des organisations de la société civile de Guinée (CNOSCG) relative à l’élection présidentielle du 27 juin 2010.

3.  Uganda : Attacks on Opposition Figures, Media

4.  Mali et contradictions d’un anti-impérialisme conventionnel

5.  Déclaration sur les APE pour le Sommet UA-UE d’Abidjan (29-30 novembre 2017)


Les plus populaires

1.  Au Mali, la crise s’aggrave

2.  Texte liminaire de la Conférence de presse du mercredi 04 mai 2016 : Des fondements de la rupture d’avec les coalitions Bennoo Siggil Senegal et Bennoo Bokk Yaakaar à la formulation des nouvelles exigences et tâches, ou le temps de l’alternative populaire.

3.  Afrique du sud : The Lives of Women & Girls Are Not Respected

4.  Du fond de son cachot, Guy Marius Sagna continue courageusement le combat patriotique et citoyen et remporte des victoires !

5.  Le Sénégal nous parle. Sachons l’entendre.