Vous êtes ici : Accueil » Afrique de l’Ouest » Mauritanie » Mauritanie : Opération militaire à l’intérieure des frontières du (...)

Mauritanie : Opération militaire à l’intérieure des frontières du Mali

Communiqué COD

D 29 juillet 2010     H 12:57     A     C 0 messages


Communiqué COD : Opération militaire à l’intérieure des frontières du Mali samedi 24 juillet 2010

Les informations parvenues à la COD confirment que nos forces armées nationales ont été engagées, le jeudi 22 juillet 2010, dans une opération militaire à l’intérieure des frontières d’un pays frère et voisin, en l’occurrence le Mali. L’objectif de cette opération demeure encore ambigu ; le ministre de l’intérieur affirmant qu’elle prévenait une attaque terroriste contre notre pays et les français déclarant qu’elle visait à libérer l’otage de nationalité française Michel Germaneau, enlevé au Niger et séquestré en territoire malien. Plus grave encore, l’opération a été menée avec la participation de troupes étrangères et, probablement, sans concertation préalable avec le pays dont le territoire lui a servi de théâtre. Face à ces événements d’une extrême gravité qui mettent notre pays dans une situation de guerre non déclarée et sans l’aval du Parlement mauritanien, la Coordination de l’Opposition Démocratique :

1 - Exprime sa grave inquiétude suite à ces événements qui ajoutent au climat d’insécurité sur nos frontières et mettent en danger la vie de nos vaillants soldats et celle de nos paisibles populations ;
2 - Appelle le gouvernement à éclairer l’opinion nationale sur les vraies circonstances de cette opération, ses mobiles et les objectifs visés derrière elle ;
3 - Rappelle que les forces armées nationales et de sécurité ne doivent être engagées dans de telles opérations que pour la défense du territoire national et, en aucun cas, sans en référer au Parlement ;
4 - Exige une clarification de la situation des forces étrangères qui se trouvent actuellement sur notre territoire et dont l’opération d’hier vient de confirmer la présence.

Nouakchott, le 23 juillet 2010

La Commission de Communication