Vous êtes ici : Accueil » Afrique de l’Ouest » Sierra leone » Nouvelle rubrique N° 91 » Déclaration : L’armée israelienne massacre les populations de Gaza, la (...)

Déclaration : L’armée israelienne massacre les populations de Gaza, la démarche du ministre Sidiki KABA choque les autorités palestinennes

D 3 avril 2018     H 13:40     A Collectif de solidarité Senegal Palestine     C 0 messages


COLLECTIF DE SOLIDARITE SENEGAL-PALESTINE

Le Vendredi 30 mars 2018, l’armée israélienne au moyen de drones et de balles réelles, a massacré froidement des milliers de civils palestiniens non armés, rassemblés pour une manifestation pacifique et non-violente appelée la « Grande Marche du Retour ». Ce Vendredi Saint pour les chrétiens du monde entier, est ainsi devenu pour les Palestiniens un Vendredi de sang, encore un : 16 morts, dont de jeunes adolescents, et 1500 blessés, dont plus de 150 enfants de moins de 16 ans, avec pour certains, désormais, des handicaps à vie.

Ces actes ignobles rappellent le tristement célèbre massacre de Sharpeville en 1960, sous le règne de l’apartheid en Afrique du Sud. Rien d’étonnant cependant que le 1er Ministre Netanyahou ait poussé le cynisme et l’outrecuidance jusqu’à féliciter ses soldats pour ces horribles assassinats ! L’Organisation des Nations Unies, son Secrétaire Général en particulier, la Commission de l’Union européenne, la gauche israélienne et diverses organisations de défense des droits humains dans le monde, ont condamné cette répression barbare et ont demandé, à tout le moins, la conduite d’une enquête indépendante afin d’établir la vérité sur ce crime odieux. Evidemment, comme d’habitude, Israël et les Etats Unis s’y sont opposés, et pour cause ! Il convient de rappeler ici que la « Grande Marche du Retour » a été déclenchée par les populations palestiniennes de Gaza sur tout le long de la frontière avec Israël, pour une durée de six semaines, afin de dénoncer l’occupation coloniale et d’exiger, conformément aux dispositions de la Résolution 194 de l’Assemblée générale des Nations Unies du 11 décembre 1948, le retour des réfugiés palestiniens de Gaza sur leur terre et dans leurs foyers, occupés depuis la création d’Israël, il y a 70 ans.

Il est tout simplement plus que regrettable que, dans la même période, le ministre sénégalais en charge des affaires étrangères, ait choisi d’effectuer une visite en Israël et, à cette occasion, de se rendre au mémorial de la Shoah dit Yad Vachem, au Mur des lamentations, et surtout à la Mosquée Al Aqsa de Jérusalem le Mercredi 28 mars2018, sans aucune coordination avec les autorités religieuses et administratives palestiniennes, et escorté, qui plus est, par la police israélienne. Une telle démarche, qui semble rompre avec nos traditions diplomatiques et avec la position ancienne du Sénégal de solidarité indéfectible avec la cause palestinienne, a choqué à juste titre les autorités et le peuple de Palestine tout entier, car perçue comme une onction apportée à un fait accompli illégal, et même comme des prémices de changement de position de la part du gouvernement sénégalais, dans un contexte d’offensive des extrémistes de droite, avec à leur tête Donald Trump et Benyamin Netanyahou.

Said Omar kisswani, Directeur de la Mosquée Al-Aqsa, à déclaré que l’acte posé par le Ministre des Affaires étrangères du Sénégal est considéré comme « une agression contre la Mosquée Al Aqsa ». Il a tenu à préciser : « Nous ne l’avons ni accueilli ni rencontré, parce qu’il n’a pas demandé à visiter la Mosquée Al-Aqsa par notre biais, mais plutôt par le biais de l’occupant israélien », avant de conclure par ces mots : « Celui qui entre dans la Mosquée par le biais de la police israélienne, est considéré comme faisant partie de ceux qui commettent une agression contre la Mosquée Al-Aqsa. »
Le COLLECTIF DE SOLIDARITE SENEGAL-PALESTINE réaffirme sa solidarité militante avec le peuple frère martyr de Palestine ainsi que son soutien résolu à sa juste lutte contre l’occupation coloniale israélienne, pour l’arrêt des massacres des populations civiles, la libération des prisonniers politiques, le retour des réfugiés et l’établissement d’un Etat palestinien libre, démocratique et indépendant dans les frontières de 1967 garanties par les Nations Unies, avec Jérusalem Est comme capitale.

Fait à Dakar le 1er Avril 2018
POUR LE COLLECTIF DE SOLIDARITE SENEGAL-PALESTINE :
Le Coordonnateur Madieye Mbodj / Tél (221) 77 644 18 30

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe


5 articles au hasard

1.  Burkina : le projet de sortie de crise de la CEDEAO reprend les revendications de putschistes

2.  Les armes israéliennes alimentent des atrocités en Afrique

3.  Sénégal : « Nous devons édifier un rapport de force mondial des peuples contre les multinationales »

4.  Fighting for real freedom

5.  Israël. Les expulsions et les transferts « volontaires » de demandeurs d’asile africains sont forcés et illégaux


Les plus populaires

1.  1er MAI 2022 : DECLARATION DE YOONU ASKAN WI / MOUVEMENT POUR L’AUTONOMIE POPULAIRE ET DU FONT POUR UNE REVOLUTION ANTI-IMPERIALISTE, POPULAIRE ET PANAFRICAINE (FRAPP) S’UNIR POUR INTENSIFIER LA LUTTE CONTRE LA VIE CHERE, LE CHOMAGE, LE PIETINEMENT DE LA DIGNITE ET DES DROITS DES TRAVAILLEURS !

2.  Cameroun : l’indécent Biya

3.  Bénin : Non a la privatisation des douanes

4.  Algérie : en défense d’Hocine Benamdour et Mohamed Sadek Akrour - Pour la libération de tous les détenus politiques et d’opinion !

5.  Nigeria:WHAT IS POLITICS ?