Vous êtes ici : Accueil » Afrique de l’Ouest » Togo » MEMORANDUM DES FEMMES DU COLLECTIF SAUVONS LE TOGO ET DE LA COALITION (...)

MEMORANDUM DES FEMMES DU COLLECTIF SAUVONS LE TOGO ET DE LA COALITION ARC-EN-CIEL

D 7 octobre 2012     H 05:44     A     C 0 messages


Nous, femmes du Collectif Sauvons le Togo et de la Coalition ARC-EN-CIEL, Mères de
notre vénérée Patrie, en marche de protestation ce jeudi 20 septembre 2012, en rouge avec le
soutien des hommes et de tous les togolais épris de liberté :

Constatant l’ampleur de la désespérance sociale et l’incessante ébullition du front social dans
l’indifférence des gouvernants qui méprisent la souffrance de l’écrasante majorité des
Togolais,

Constatant la concentration excessive du pouvoir exécutif entre les mains du Président de la
République, ainsi que l’immixtion intempestive et répétée de celui-ci dans le fonctionnement
des pouvoirs législatif et judiciaire,

Constatant le refus d’exécution de décisions judiciaires nationales et internationales,
notamment celles de la Cour Suprême du Togo et la Cour de Justice de la CEDEAO,

Affirmons que le Togo ne peut plus continuer d’évoluer dans un contexte politique marqué
par l’arbitraire, l’injustice, la corruption, la violation récurrente et systématique des droits
humains et constitutionnels, la falsification des résultats issus des urnes et des comptes
publics,

Fustigeons l’impunité et les coups de force permanents qui constituent la clé de voute du
système inique par lequel le régime des Gnassingbé s’est octroyé un bail éternel et sans limite
à diriger le Togo contre la volonté de tout un peuple, malgré près de 50 ans de règne sans
partage de père en fils,

Prenons l’engagement solennel d’œuvrer pour sauver la République en danger,

Renouvelons notre ambition de voir le Togo se doter d’un cadre sociopolitique et économique
intégrant naturellement l’Etat de droit, la démocratie, les droits fondamentaux ainsi que les
devoirs citoyens,

Nous engageons à œuvrer pour l’avènement d’un environnement politique rassurant, qui
garantira à toutes les filles et à tous les fils du Togo, une égalité de chance aux différentes
étapes de leur vie et par-delà, jettera les bases d’une véritable économie nationale ouverte et
orientée vers la bonne gouvernance et la prospérité partagée pour toutes les familles
togolaises,

Constatant la responsabilité avérée de Monsieur Faure GNASSINGBE et ses proches
collaborateurs dans la falsification du rapport de la mission d’enquête sur des allégations de
torture, mission confiée par le chef de l’Etat lui-même à la Commission Nationale des Droits
de l’Homme (CNDH) et dont les conclusions lui ont été remises, personnellement le 15
février 2012,

Nous, femmes togolaises déclarons solennellement ce qui suit, au regard des actes récurrents
de haute trahison de Monsieur Faure GNASSINGBE au sommet de l’Etat, …

FAURE DOIT PARTIR !!! FAURE MUST GO !!!

Sa démission est incontournable pour faciliter l’avènement, au Togo, d’une nouvelle ère, où
les valeurs et l’éthique républicaines devront dorénavant structurer l’action politique.

Conscientes que le mouvement de résistance citoyenne du Collectif Sauvons le Togo et de la
Coalition Arc-En-Ciel va de pair avec la libération et l’émancipation des femmes qui sont une
nécessité fondamentale pour le progrès social,

Nous Femmes togolaises, exigeons la prise en compte sans délai des revendications du
Collectif Sauvons le Togo et de la Coalition Arc-En-Ciel pour permettre de jeter les bases
d’un Togo véritablement démocratique où « la loi de la force » qui a ruiné cinquante années
durant la Terre de nos Aïeux cèdera la place à « la force de la loi »,

Pour ce faire, nous Femmes togolaises, prenons l’engagement solennel :

- d’empêcher dorénavant par tous les moyens toute forme de coups de force, holdups
électoraux notamment, en ce qu’ils sont préjudiciables à la cohésion nationale,

- de combattre résolument et avec détermination la chosification de la femme sous toutes
ses formes afin de sauver nos enfants et la famille togolaise de la perversion ambiante et
de la déconfiture.

Nous Femmes togolaises, pensons que le Togo ne peut exister que par notre engagement à
aller tous égaux, droit au but, pour un Togo uni et prospère sur les plans politique,
économique social et culturel,

C’est pourquoi, nous, femmes du Collectif Sauvons le Togo et de la Coalition Arc-En-Ciel
lançons un appel pressant :

à la communauté internationale afin qu’elle se désolidarise du régime RPT/UNIR
qui, alors qu’il refuse d’opérer des réformes institutionnelles et constitutionnelles
conséquentes, se précipite cependant à imposer au peuple togolais des élections qui
ne répondent en rien aux standards internationaux de transparence, d’équité, de
justice et de démocratie,

à toutes les femmes togolaises, qu’elles se trouvent sur le territoire national, ou
dans la diaspora en vue d’un engagement déterminé et résolu à la mobilisation
pour sauver la République en danger,

Aux femmes africaines et à toutes les femmes du monde entier, en particulier à
celles qui ont le pouvoir de peser sur les affaires du monde, nous lançons un
vibrant appel, afin qu’elles nous aident à changer, pendant qu’il est encore temps,
le destin tragique vers lequel les fossoyeurs de la République semblent prêts à
précipiter le Togo.

Dans l’attente d’une action concertée pour sauver le Togo, les femmes du Collectif Sauvons
le Togo et de la Coalition Arc-En-Ciel voudraient rappeler la situation de crises politique,
économique, sociale et culturelle que traverse notre pays, le Togo.

I - SITUATION DE DESPERANCE ECONOMIQUE, SOCIALE ET
POLITIQUE DANS L’INDIFFERENCE DES GOUVERNANTS

Depuis la lutte pour l’indépendance, la femme togolaise a l’éminente vocation d’ouvrir la voie
de l’espérance, et forte de cette légitimité, elle est en droit de faire valoir toutes idées utiles
tendant à sortir le Togo de la grave impasse politique actuelle.

Dans cette optique, après une analyse approfondie des derniers développements de l’actualité
sociopolitique de notre pays, nous, femmes du Collectif Sauvons le Togo et de la Coalition
Arc-En-Ciel,

Constatant que la femme togolaise est celle qui, au prix de la déshumanisation, assure la
survie de la majorité des cellules familiales, partant, de la Nation toute entière au moment où
la République est en lambeaux et que des prédateurs adoubés par le pouvoir RPT/UNIR ont
monopolisé plusieurs secteurs d’activités,

Constatant la grande faiblesse du pouvoir d’achat qui affecte le panier de la ménagère
togolaise issue des couches sociales basses et moyennes, de sorte qu’il en résulte une
répartition fortement inégalitaire des revenus, entraînant un appauvrissement d’une large
frange de la population togolaise, dépourvue de toute capacité économique,

Persuadées que la construction préalable d’un modèle de la famille togolaise épanouie est de
nature à favoriser le désir de vivre ensemble, le partage d’une histoire commune, la solidarité
et l’union intercommunautaire qui conduisent à l’édification aboutie de l’Etat-Nation,

Convaincues que les décisions issues du dernier monologue Gouvernement et alliés
politiques sont loin de prendre en compte les aspirations profondes et légitimes du peuple
pour un apaisement du climat politique en vue d’une véritable sortie de crise, pacifique et
heureuse,

Nous Femmes Togolaises, mères de notre pays le Togo, dont le peuple ingénieux et
travailleur aspire depuis plusieurs décennies à la liberté, devons par notre mobilisation, rentrer
dans l’histoire des peuples qui avancent par la fin de l’impunité et la mise en œuvre sans délai
des réformes politiques et sociales indispensables pour redonner vie à la population togolaise.

II – CONCERNANT LES REFORMES INSTITUTIONNELLES ET
CONSTITUTIONNELLES

Pour la Patrie, nous sommes animées par la vive conviction que les réformes politiques,
institutionnelles et constitutionnelles se doivent d’être garanties par une égalité parfaite dans
les droits et les devoirs des citoyens.

A cet égard, nous nous devons d’être des femmes qui participent activement à redessiner le
paysage politique, économique, social et culturel de notre pays. Pour ce faire, nous femmes
togolaises exigeons que notre Constitution, celle que nos pères et mères, nos maris, nos
enfants, nos frères et nous-mêmes avons votée à plus de 97% le 27 Septembre 1992 soit
restaurée.

A cet effet, les indispensables réformes politiques à venir, ne pourront que réaffirmer
davantage le caractère constitutionnel et irrévocable des droits dont jouissent les femmes
togolaises en assurant leur respect effectif.

Ainsi, l’égalité en matière de droit de la famille, où l’iniquité persiste, s’agissant des droits du
conjoint survivant lors de la dévolution successorale, doit être effective.

En outre, sur le plan politique, la durée du mandat présidentiel doit être de cinq (5) ans
renouvelable une seule fois. Dans tous les cas, nul ne peut exercer pendant plus de dix ans la
fonction présidentielle.

La concentration excessive du pouvoir entre les mains du Président de la République,
l’immixtion du Président de la République dans le fonctionnement des pouvoirs législatif et
judiciaire sont des pratiques à proscrire.

Le cumul des mandats et le nombre de mandats successifs doivent être strictement limités et
encadrés pour toutes les fonctions électives.

Le mode de scrutin doit être un scrutin majoritaire uninominal à deux (2) tours pour les
élections législatives et l’élection présidentielle.

Le processus électoral togolais devra impérativement être aligné sur les standards
internationaux conformément aux recommandations des différentes missions d’observation
électorale de l’Union Européenne et des normes établies par les Nations Unies.

La CENI doit être technique non partisane et représentative de toutes les forces politiques
pour garantir la vérité des urnes de même qu’un recours à une expertise internationale pour
garantir la transparence électorale, lors des prochains scrutins qui ne devront se tenir qu’à la
suite des réformes institutionnelles et constitutionnelles efficientes.

La transcription dans les lois de la république, des conventions et traités internationaux signés
par le Togo doit être finalisée sans délai, notamment ceux concernant les actes de torture et
autres traitements inhumains et dégradants.

Enfin, le pouvoir exécutif qui reconnait lui-même l’état de déliquescence de l’institution
judiciaire a cependant fait la preuve de l’incapacité de l’Etat à conduire une réforme
garantissant l’indépendance et l’impartialité de l’institution judiciaire. Il est donc impératif
que l’Etat togolais ratifie dans les plus brefs délais, la convention de Rome car la Cour Pénale
Internationale sera, pour les décennies à venir, la seule juridiction capable de briser les
chaînes de l’impunité qui, dans notre pays, est à l’origine de la répétition périodique des
crimes contre l’humanité.

III – AU PLAN ECONOMIQUE ET SOCIAL

Il importe que des mesures urgentes soient prises par le gouvernement pour :

- enrayer la cherté de la vie par la diminution et la régulation des coûts des produits de
première nécessité, notamment : le carburant, l’énergie, le gaz butane, les autres produits
pétroliers, les télécommunications, le ciment, etc.…

- procéder de façon diligente à une revalorisation significative des salaires, des pensions,
des bourses et aides de tous les fonctionnaires et des travailleurs du secteur privé, sans
oublier d’accorder une attention particulière à la situation et aux conditions de travail des
éléments de l’armée, de la gendarmerie, de la police et des gardiens de surveillance du
territoire. Il est grand temps de rendre effective l’application des statuts de l’armée
togolaise, telle que promise à maintes reprises par le Chef de l’Etat,

- revaloriser également les conditions de vie et de travail de tout le personnel de la santé,
des enseignants de tous les degrés ainsi que celles des élèves et apprenants,

- prendre des mesures urgentes et idoines pour assurer les meilleures conditions d’études
aux étudiantes et étudiants des universités du Togo,

- mettre fin à la persécution fiscale et aux diverses arnaques dont sont victimes les
commerçantes et commerçants alors que les marchés, leur lieu de travail, restent
désespérément vétustes et que les baux commerciaux ne sont guère tarifés,

- mettre immédiatement fin à la dilapidation des ressources de l’État ; notamment les
recettes douanières et fiscales, les recettes provenant des sociétés d’Etat, ainsi que les
recettes des produits d’exportation dont le phosphate, le clinker, l’or, le fer, le diamant et
le pétrole,

- mettre fin au désordre dans le secteur de la micro finance, et mieux réguler son
fonctionnement tout en promouvant l’entreprenariat féminin,

- favoriser la gratuité effective de la césarienne au bénéfice de toutes les femmes devant
accoucher par cette voie, et faciliter l’accès aux soins de santé pour tous, en renforçant les
prestations sociales,

- mettre en place des mesures à application effective d’insertion professionnelle pour nos
filles et jeunes sœurs afin de les éloigner des activités qu’elles sont bien souvent amenées
à exercer par nécessité et qui portent atteinte à leur dignité,

- mettre fin au folklore de balayage des rues de Lomé par nos mères et sœurs qui travaillent
sans protection aucune pour des salaires dérisoires. Les services de la voirie de la ville de
Lomé devant pleinement assumer leurs prérogatives de mission de service public,
s’agissant de l’entretien et de la propreté de la voie publique.

IV – CONCERNANT LES DOSSIERS D’ACTUALITES

Les Femmes du Collectif Sauvons le Togo et de la Coalition Arc-en-Ciel, estiment qu’il est
plus que nécessaire de :

- poursuivre en justice et sanctionner avec rigueur tous les miliciens du RPT/UNIR qui se
sont illustrés de la pire manière le samedi 15 septembre 2012 en blessant à coups de
gourdins cloutés, de bâtons, de cordelettes, de haches, de pioches et de machettes, les
paisibles manifestants du CST. Démanteler effectivement et sans délai toutes les milices
qui sévissent encore sur toute l’étendue du territoire national,

- bannir des discours, des comportements et de la vie de tous les jours, les considérations et
autres positions à relents tribalistes et ethniques qui sapent l’unité nationale et qui ont
permis aux GNASSINGBE d’asseoir dans la division pendant plus de cinquante années
leur règne sur le Togo,

- rétrocéder sans délai à leurs légitimes propriétaires, en exécution de la décision rendue
par la juridiction compétente, la somme de plus de 1 milliard de francs CFA que
l’Agence Nationale de Renseignements (ANR) a saisi de manière irrégulière sur les
braves femmes commerçantes,

- procéder à l’exécution totale et effective des recommandations consignées dans le rapport
de la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) sur les faits de torture
notamment en sanctionnant conformément aux dispositions légales nationales et

internationales en vigueur les auteurs de ces actes ignobles et en réparant de manière juste
et équitable les torts causés aux victimes,

- pour ce faire l’évacuation sanitaire de Monsieur ADJINON Lambert s’impose, de même
que la prise en charge de sa femme et de ses enfants, ainsi que celle des autres détenus
dans l’affaire dite d’atteinte contre la sureté de l’Etat,

- tirer les conséquences de la nullité des procédures et condamnations judiciaires frappées
d’irrégularité en libérant, comme l’exige la loi togolaise et les normes internationales, les
personnes détenues dans des affaires où il est avéré que des aveux ont été obtenus sous la
torture, notamment dans l’affaire dite d’atteinte contre la sureté de l’Etat et dans l’affaire
dite d’escroquerie internationale,

- proscrire la coupure, la perturbation et l’écoute délibérées et irrégulières des
communications téléphoniques qui sont des pratiques récurrentes utilisées surtout en
période électorale pour maquiller les fraudes et la falsification des résultats, pratiques
réapparues lors de l’arrestation de Monsieur Pascal A. BODJONA le 1er septembre 2012
et qui frappent d’irrégularité les circonstances de son arrestation et partant font planer de
sérieux doutes sur les charges retenues contre lui,

- mettre fin à l’instrumentalisation de la justice en évitant l’immixtion du pouvoir exécutif
dans les attributions du pouvoir judiciaire et en faisant exécuter sans délai toutes les
décisions régulièrement rendues, tant par les juridictions nationales que communautaires,
notamment la Cour Suprême du Togo et la Cour de Justice de la CEDEAO,

- redéfinir la mission de maintien de l’ordre des forces de sécurité dans l’encadrement des
manifestations publiques pacifiques en proscrivant l’utilisation intempestives et
archaïques des gaz lacrymogènes, grenades à fragmentation et autres balles en
caoutchouc,

Femmes Togolaises, à la suite de KADA Bayi Lucia épouse GADEGBEKOU dite Bayi
Ablodé, ACOLATSE Guedeagbor, WILSON-ADJREVO Conforte, AGBINSSI, ATTIOGBE
Afafa, BEDERA Anna, BROOHM Koekpor, HADEN Dopé Pétronille née DAGBE alias
Atakpamétô et bien d’autres, rejoignons avec bravoure et intrépidité la résistance citoyenne
aux côtés du Collectif Sauvons le Togo et de la Coalition Arc-En-Ciel.

Femme togolaise, aujourd’hui plus qu’hier, la Nation t’appelle. Ensemble, donnons un
nouvel élan à la lutte libératrice de la Mère Patrie !

Fait à Lomé, le Jeudi 20 septembre 2012

Pour les Femmes
du Collectif Sauvons le Togo

AMEGANVI M. Isabelle

Pour les Femmes
de la Coalition Arc-En-Ciel

ADJAMAGBO-JOHNSON K. Brigitte

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  AFRIQUE AUSTRALE : La lutte contre le trafic d’êtres humains à la traîne derrière les engagements


5 articles au hasard

1.  Burkina Faso : L’échec de l’intervention de l’armée française au Sahel et l’héritage de Compaoré

2.  Créons un, deux, trois... voire plusieurs Burkina-Faso en Afrique !

3.  SAHARA OCCIDENTAL : L’ONU pour l’autodétermination mais une fois de plus contre un mécanisme international pour la surveillance des droits de l’homme

4.  La force de maintien de la paix de l’ONU au Sahara occidental doit assurer le suivi de la situation des droits humains

5.  Reports say police played key role in Tanzanian journalist’s death


Les plus populaires

1.  Élections législatives du 22 février 2013 à Djibouti : dictature, fraudes et répression à l’ombre des bases militaires, quel changement dans la politique française et européenne ?

2.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe

3.  Djibouti : Protection citoyenne pour Mohamed KADAMY

4.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

5.  Après le verdict en appel de l’affaire des Biens mal acquis de Teodorin Obiang, la répression se poursuit en Guinée équatoriale