jeudi, 23 mai 2019
 

Afrique du Sud : Répression syndicale

Menace à l’encontre d’un syndicaliste : En décembre 2012, une bande de malfrats lourdement armés se sont présentés au domicile du secrétaire général du South African Transport and Allied Workers Union (SATAWU), mais ce dernier n’était pas chez lui. L’enquête de la police a établi que la bande avait été mandatée dans l’intention de lui infliger des lésions et, probablement, de l’assassiner.

Violence policière : Plus de 800 travailleurs/euses agricoles ont participé à une manifestation à Nkqubela, Robertson, en janvier 2013. Toutefois, peu de temps après le début de la protestation, des agents de police armés sont arrivés et ont ouvert le feu contre les manifestants, les obligeant à retourner dans leur communauté où la police a continué de tirer sur eux. Plusieurs personnes ont été blessées dans ce dernier incident de brutalité policière et la Commission des droits de l’homme a été contactée pour mener une enquête en la matière.

Le 16 août 2012, la police a ouvert le feu en essayant de disperser un groupe de mineurs en grève à Nkaneng, faisant 34 morts et 78 blessés. Les travailleurs/euses portaient des bâtons, des machettes et des barres de fer. La grève, qui a débuté le 10 août, avait été convoquée pour réclamer des augmentations salariales.

Source : http://www.ituc-csi.org

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes