dimanche, 15 septembre 2019
 

Afrique du sud : Une grève qui révèle les fractures d’une société

Le secrétaire général du syndicat (COSATU) avait répercuté l’idée, le 26 août 2010, d’élargir la grève au secteur des mines. Ce qui changerait fortement la situation. Zizi Kodwa a eu des négociations durant tout le week-end du 29-30 août, au moment où cette grève va entrer dans sa troisième semaine.

Vendredi 27 août, pour renforcer la position des travailleurs du public, le NUM (Syndicat national des mineurs) avait annoncé qu’il appellerait ses 32’000 membres à faire un jour de grève afin de soutenir les travailleuses et travailleurs du secteur public.

Il faut avoir encore à l’esprit que les travailleuses et travailleurs du secteur de la santé, la semaine passée, ont refusé de prendre en compte une décision d’un tribunal leur interdisant de participer à la grève. L’armée a envoyé des médecins dans 54 hôpitaux le samedi 28 août. Le 24 août, à Kimberley, à 450 kilomètres au sud-ouest de Johannesburg, la police a tiré, en tirs tendus, avec des « balles en caoutchouc » sur les grévistes, en en blessant un grand nombre.

La COSATU, subissant la pression du mouvement, avait « menacé » de rompre avec le gouvernement de Zuma. Dès les premiers pas vers des négociations – avec la crainte d’une grève qui fasse tache d’huile dans le privé – la direction de l’ANC, le 30 août 2010, déclare que « La fédération espère qu’une proposition améliorée sera mise sur la table et qu’on pourra sortir aussi vite que possible de cette grève par un accord acceptable pour les salariés »

Patrick Bond

Source : http://www.labreche.ch

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes