dimanche, 20 août 2017
 

Grève générale aux Comores : l’armée tire sur la foule

Depuis ce lundi 9 février 2015, un mouvement de grève générale a été lancé en Grande Comore pour réclamer « eau et électricité », donnant lieu à des affrontements avec les forces de l’ordre ce mardi. L’armée nationale de développement a ouvert le feu sur des civils, faisant sept blessés dont deux graves.

D’après RFI, ce deuxième jour de grève générale a été « moyennement suivie par la population », mais a donné lieu à des affrontements « musclés ». Les grévistes auraient notamment vécu comme une provocation l’arrestation dimanche soir du président de la fédération comorienne des consommateurs. « En réaction, certains ont barré les routes avec des pneus et autres carcasses de voiture », écrit RFI, ajoutant que « le véhicule de fonction de la procureure de la République a été incendié ».

La situation était donc particulièrement tendue lorsque l’armée nationale de développement a fait usage de ses armes dans la ville de Mitsoudjé, à environ 10 km de la capitale Moroni. Les tirs ont fait sept blessés dont deux « avec un pronostic vital engagé ».

À l’origine de ce mouvement de grève générale, le mouvement « eau et électricité » a dit condamner « les dérives perpétrées par les forces de l’ordre et l’usage disproportionné des armes face à des citoyens qui ne présentaient aucune menace ».

« Vingt grévistes avaient été placés en garde à vue avec le président de la fédération des consommateurs lundi, mais ont été libérés après les échauffourées avec l’armée », précise RFI.

Source : IP Réunion

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes