jeudi, 17 août 2017
 

1er mai à La Réunion : les syndicats en appellent à la dignité des travailleurs

« Un emploi, un salaire pour vivre dignement », tel est le mot d’ordre porté par la CGTR, FO, FSU, Solidaires, SAIPER et UNSA à l’occasion de la manifestation du vendredi 1er mai 2015. Face aux difficultés à rassembler les foules et aux pressions des organisations patronales, les syndicats espèrent un sursaut de la population cette année.

Pas de chance pour les syndicats : cette année, le 1er mai tombe un vendredi. Mais les représentants des travailleurs espèrent bien que les Réunionnais prendront conscience de l’enjeu que représente ce jour férié. « A l’instar du 20 décembre, on a l’impression que c’est une journée pour aller à la plage. Mais c’est une fête pour reconnaître la situation des travailleurs à l’international. On aimerait que l’on reprenne ces symboles. La population doit porter ces valeurs », affirme Jocelyn Cavillot de Solidaires.

Pressions au travail, dégradation des conditions de travail, perte de pouvoir d’achat, réformes gouvernementales, résultats du chômage… Pour les organisations syndicales, les raisons ne manquent pas de descendre dans la rue. « Le 1er mai, c’est prendre acte que la situation s’aggrave et qu’il faut se réunir au delà de nos différences. Il y a nécessité sur un certain nombre de points et de problématiques d’agir ensemble, d’autant plus dans notre département », souligne Ivan Hoareau, secrétaire général de la CGTR.

En effet, malgré certaines divergences, le défilé réunira la CGTR, FO, FSU, Solidaires, SAIPER et UNSA. En revanche, la CFDT, la CFTC et la CGC ne seront pas de la partie. « C’est une question de stratégie. La CFDT parle de rigueur, les autres d’austérité. A partir du moment où nous ne sommes pas d’accord sur la situation, c’est difficile de défiler ensemble. C’est une question de stratégie », justifie Eric Marguerite de Force ouvrière. « Le gouvernement veut faire de l’entreprise un lieu de dérogations. On ne peut pas accepter ce genre de vision. Cette journée du 1er mai est l’occasion de marquer ces positions et de dénoncer ces mesures », ajoute le représentant local de FO.

« C’est l’austérité qui nous rassemble »

« C’est l’austérité qui nous rassemble aujourd’hui. Nous ne pouvons pas continuer d’accepter qu’il y ait plus de 100 000 illettrés à La Réunion et des milliers de précaires dans la fonction publique territoriale. […] Il faudrait redonner à cette fête du 1er mai tout son sens. C’est la journée de la lutte contre tous les abus patronaux. Nous sommes en train de faire un grand bond en arrière. Les services publics sont malades de ces réformes là », confirme pour sa part Marie-Hélène Dor, secrétaire générale de la FSU.

Pour l’UNSA, ce défilé du premier mai est à mettre en relation avec la situation des salariés de Carrefour qui sont en grève depuis 10 jours. D’après Eric Chavriacouty, le discours tenu par les organisations patronales vise à entretenir le flou autour des négociations annuelles obligatoires. « On voit un patronat qui ne s’engage pas et qui ne prend pas ses responsabilités. On ne peut pas décemment rester les bras croisés devant une perte du pouvoir d’achat des salariés alors qu’on remonte des millions à la maison mère », assure-t-il.

L’intersyndicale se réunira à partir de 9 heures devant le Petit marché de Saint-Denis. Le cortège débutera sa marche à partir de 10h30 pour prendre la rue piétonne avant de rejoindre la préfecture de La Réunion. Face aux difficultés de mobiliser les Réunionnais ces derniers temps, les syndicats espèrent tout simplement que la manifestation rassemblera plus de monde que le 9 avril dernier. « L’objectif est d’essayer de s’insérer dans la durée. Il faut essayer de favoriser l’unité dans les branches et dans les entreprises. Il faut arriver à travailler de manière beaucoup plus unitaire sinon la partie patronale ne lâchera rien », estime Ivan Hoareau.

Source : IP Réunion

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes