dimanche, 8 décembre 2019
 

QUELS DANGERS PLUS GRAVES DEVRONT SE PRÉSENTER POUR QUE LES AUTORITÉS ARRÊTENT DÉFINITIVEMENT LE PROJET BASE TOLIARA ?

Les risques liés à la radioactivité émanant du site d’extraction d’ilménite, de zircon et de rutile de Ranobe figurent parmi les principales raisons évoquées par les communautés qui s’opposent depuis plusieurs années au projet d’exploitation d’ilménite Base Toliara par la société australienne Base Resources..

Le silence assourdissant des responsables de ce projet à Madagascar sur ce sujet, ainsi que l’indifférence totale des autorités locales et nationales face au problème devient inacceptable et dangereux pour la population.

Une alerte a déjà été envoyée par les organisations de la société civile dans un message envoyé à Messieurs Le Président de la République, Le Premier Ministre et Le Ministre des Mines le 28 mars 2019 (1), lorsque l’étude de préfaisabilité de l’exploitation du site de Ranobe datée du 21 mars 2019 a été médiatisée et que les responsables malgaches de la société n’avaient pas évoqué dans leur communication urbi et orbi les allusions habilement cachées dans la publication de leur maison-mère Base Resources sur le fait que le zircon contenu dans le gisement de sables minéraux de Ranobe contient de l’uranium et du thorium dont la radioactivité empêchera l’exportation des produits aux Etats-Unis et au Japon (2).

Au mois d’avril 2019, le Professeur Stephan Narison avait encore alerté dans la presse les autorités et le grand public au sujet du danger de radioactivité pour la population et l’environnement causé par l’exploitation d’ilménite à Ranobe (3). D’après les résultats des travaux de recherche menés par une équipe de l’Institut National des Sciences et Techniques Nucléaires (INSTN) de Madagascar (4), ce danger est dû au fait que l’ilménite de Ranobe contient du Thorium 232 dont l’activité radioactive (10600-10700 Bequerel/kg), une fois à l’air libre, est au-dessus de la norme de l’AIAE (Agence Internationale de l’Energie Atomique) de 10 000 Bequerel/kg tolérée par le corps humain. Il est donc certain qu’une telle radioactivité va affecter la population, les espèces endémiques et l’environnement naturel de Ranobe et de ses alentours.

Ainsi, une étude scientifique menée en 2014 (5) par des chercheurs de l’Université de Tuléar et d’Antananarivo avait indiqué que les niveaux d’émission d’uranium et de thorium à Ranobe sont tellement élevés que de "sérieuses mesures de radioprotection" devront être prises pour éviter que les travailleurs en contact direct avec les minerais, comme les mineurs, et la population environnante ne courent le risque de "cancer ou de pathologies congénitales".

L’uranium et le thorium agissant notamment à travers la contamination de l’eau et/ou l’inhalation de la poussière ambiante, même les gens qui acceptent le projet minier actuellement sont menacés de maladies graves et de problèmes pouvant affecter leur descendance à cause de cela.

Le refus de la société Base Toliara de partager son étude d’impact environnemental et social avec le journaliste de Mongabay pour éviter de le rendre public serait-il lié à cela ? (6) La prise à la légère et l’indifférence vis-à-vis des risques que courent les habitants des zones riveraines ainsi que la volonté des promoteurs du projet de continuer les activités minières de cette société à tout prix, devraient amener tous les citoyens soucieux du respect de l’éthique et tous les défenseurs des droits de l’homme à demander l’arrêt de ce projet minier dès maintenant. Face au grave danger imminent que représente le début des opérations d’extraction d’ilménite, de zircon et de rutile du projet Base Toliara, les signataires de ce Communiqué réitèrent leur appel urgent aux autorités compétentes :
- à cesser de se rendre complices des atteintes délibérées par les promoteurs de ce projet aux droits à la santé et à la vie des communautés concernées que le gouvernement a le devoir de sauvegarder,
- et à assumer la responsabilité qui leur incombe de procéder à l’arrêt définitif de ce dangereux projet minier.

5 juillet 2019 CRAAD-OI : Centre de Recherches et d’Appui pour les Alternatives de Développement - Océan Indien craad.madagascar@gmail.com ; http://craadoi-mada.com Collectif pour la défense des terres malgaches – TANY patrimoine.malgache@yahoo.fr ; http://terresmalgaches.info, www.facebook.com/TANYterresm...

Références : (1) Quelques questions brûlantes sur l’étude de préfaisabilité du projet Base Toliara : http://terresmalgaches.info/spip.ph... (2) Toliara Project PFS confirmsstatus as a world-class mineralsandsdevelopment : https://www.baseresources.com.au/wp...

(3) Voir l’article du journal NyGazetiko du 30 avril 2019Namotsipotsitrazava-dozametyhaterakynyfasimainty

(4) Randrianandrasana et al. 2014. Characterization by gamma (γ) emissionspectroscopy of the ilmenitesand ore radioactivityfromRanobe, Toliara, citée par Carver Edward dans "Madagascar mine ignitesprotests, community division", Mongabay, 2 july 2019

(5) Présentés à la 9ème conférence internationale HEPMAD17 (octobre 2017) à l’Académie Malgache et publiés sur le site : http://www.slac.stanford.edu/econf/... de l’Université de Stanford-Californie.

(6) Carver E. "Madagascar mine ignitesprotests, community division", Mongabay, 2 july 2019 : https://news.mongabay.com/2019/07/m...

Newsletter n°126 (FR) Collectif pour la défense des terres malgaches – TANY

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes