samedi, 16 décembre 2017
 

DECLARATION DU CNDD SUR LA FERMETURE ET LE RENVOI DES REPRESENTANTS DES ETUDIANTS DE L’UNIVERSITE DU BURUNDI

Le parti CNDD indigné par la décision unilatérale du gouvernement de fermer l’université du Burundi du 14 au 24 mars 2014 et par le renvoi des représentants des étudiants pour une période deux ans, déclare ce qui suit :

I. Les faits

1. Les étudiants de l’Université du Burundi sont en grève depuis le 12 mars 2014 pour protester contre le décret présidentiel N° 100/07 du 14/01/2014 qui prévoit la suppression progressive de la bourse des étudiants.

2. Le CNDD est informé, comme tout autre Burundais ou étranger vivant au Burundi que la vie est dure, puisque tous les indicateurs socio économiques du pays sont au rouge. Tenez : La croissance économique est au ralenti avoisinant 4.5%, alors que le pays qui sort immédiatement du conflit devrait avoir au moins 7% de croissance économique annuellement pour décoller. D’après le PNUD, la pauvreté frappe 67% de la population, et le revenu par tête d’habitant ne dépasse guère 240 $ US. L’Indice de Développement Humain IDH est de l’ordre de 0,355. Le Global Hunger Index d’octobre 2013 classe le Burundi à la tête des pays où la population souffre le plus de faim dans le monde .

3. Le parti CNDD est conscient que les conditions de vie de la population se dégradent de jour en jour, ce qui explique l’incapacité des parents des familles démunies de financer les études de leurs enfants si cette bourse, qui, par ailleurs, est une partie de nos impôts, est suspendue ou supprimée.

4. Le parti CNDD, membre de la coalition, Alliance des Démocrates pour le Changement (ADC-Ikibiri) constate avec indignation qu’ au lieu de résoudre les problèmes soulevés par les étudiants, le pouvoir, à travers le Ministre de l’Enseignement Supérieur Joseph Butore, s’ingénie à diviser les étudiants.

5. En effet, certains membres de la Ligue des Jeunes Imbonerakure (que nous félicitons d’ailleurs) ont reçu l’ordre de suivre le chemin tracé par le Gouvernement, mais ont refusé. Voulant à tout prix, contre vents et marées, aboutir à la suppression de la bourse, le régime vient de franchir le Rubicon par la désignation illégale d’un certain Paterne Nahimana de la faculté d’agronomie, 1er ingéniorat à la tête de la représentation des étudiants en remplacement de leurs représentants élus et légitimes , mais exclus injustement de l’université pour une période de deux ans.

6. Le CNDD apprend aussi que le Ministère de l’Intérieur, à travers le zèle d’Edouard Nduwimana, le Ministre initiateur des lois liberticides et saboteur de l’unité dans les partis politiques, vient d’instruire ses subordonnées de la police et de l’administration de procéder à l’arrestation des étudiants sur leurs collines d’origine si une fois on les voit en compagnie de deux ou trois personnes.

7. Le parti CNDD est au courant de l’agression et l’intimidation de certains étudiants Imbonerakure par les agents de sécurité pour leur opposition affichée contre l’ordonnance ministérielle de suspension de la bourse d’études.

II. POSITION DU CNDD

1. Le parti CNDD condamne énergiquement la fermeture de l’université, le renvoi injuste des représentants des étudiants et le projet de suppression de la bourse d’études. Le parti CNDD demande au gouvernement de surseoir à toutes ces mesures régressives qui par ailleurs fragilisent davantage l’enseignement supérieur au Burundi.

2. Le parti CNDD félicite les étudiants des Universités publiques d’avoir réagi contre la suppression de la bourse, qui exclut automatiquement de l’Université plus de 75% des élèves du Burundi constitués d’enfants issus de familles pauvres, défavorisées voire de la classe moyenne.

3. Le parti CNDD félicite également les jeunes Imbonerakure, du parti CNDD-FDD qui se sont désolidarisés avec le noyau du mal, en refusant de se joindre à la décision injuste de suspendre la bourse des étudiants.

4. Le parti CNDD demande aussi au président de la République de procéder au limogeage du Ministre de l’Enseignement Supérieur Joseph Butore qui, depuis qu’il est aux affaires dans ce Ministère, n’a cessé d’orchestrer et de fomenter des divisions au sein de la communauté estudiantine. Le ministre est appuyé dans cette sale besogne par le Recteur de l’Université du Burundi Gaston Hakiza.

5. Le CNDD recommande la transparence dans la gestion des ressources et richesses du pays, surtout les minerais, exploités dans l’illégalité et l’anarchie par les décideurs politiques actuels. Ce sont ces mêmes politiques, qui ivres des dividendes touchées illégalement, décident aujourd’hui de supprimer la bourse des étudiants issus essentiellement des familles défavorisées.

6. Le CNDD demande plutôt au Gouvernement de diminuer certains salaires des dignitaires surpayés, les frais de missions exorbitants qui en réalité sont des malversations des fonds publics, pour les affecter sur le budget de l’enseignement supérieur. Cela permettra de construire de nouveaux logements des étudiants, l’augmentation des effectifs des étudiants dans les auditoires et l’amélioration les conditions de vie des enseignants.

7. Le parti CNDD, soucieux d’un partage juste des richesses du pays, demande la transparence et l’équité dans l’octroi des bourses à l’étranger des étudiants burundais à ceux qui le méritent.

8. Le CNDD demande au pouvoir de ne pas supprimer la bourse d’études des étudiants. Il interpelle en particulier les membres du parti CNDD-FDD au pouvoir , qui clament souvent haut et fort avoir pris les armes pour lutter contre l’injustice, de ne pas semer une autre injustice, basée, cette fois-ci, sur la ségrégation dans l’octroie des bourses d’études.

9. Enfin, le CNDD invite et encourage tous les étudiants de l’enseignement supérieur et de l’école secondaire de créer leur syndicat ou une union nationale des étudiants pour mieux défendre leurs intérêts et pour rehausser le niveau et la qualité de l’enseignement au Burundi car " l’union fait la force."

Fait à Bujumbura le 16 Mars 2014

Pour le parti CNDD

Léonard Nyangoma, Président

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes