jeudi, 23 novembre 2017
 

Cameroun : DECLARATION COMMUNE DU 23 FEVRIER 2011

english version below

Camerounaises, Camerounais, Chers Concitoyens,

Ce jour, Mercredi 23 Février vers 12h, le pouvoir RDPC a brutalement et sauvagement agressé les dirigeants de l’Opposition. Ces derniers voulaient présider le meeting de commémoration des martyrs de notre pays.

En effet, le meeting qui a été militairement empêché avait pourtant été légalement déclaré par le Manidem le jeudi 17 Février dernier et ce dernier parti n’a reçu à ce jour aucune notification d’interdiction de manifester. L’autorité administrative a plutôt opté de faire usage de méthodes d’intimidation et de répression dignes de l’époque coloniale pour entraver la liberté de mouvement des sympathisants de l’Opposition.

En réalité, le régime de Paul Biya installe un état d’urgence qui ne dit pas son nom. Les villes de Yaoundé, Douala, Bamenda, Bafoussam, Nkongsamba et bien d’autres sont véritablement en état de siège. Le pouvoir a déclaré la guerre à l’Opposition et au Peuple Camerounais.

Tout ceci témoigne de la cécité et de l’autisme politique de Mr Biya et ses affidés.

Les Partis politiques signataires de la présente déclarent que :

- Le Peuple Camerounais qui a tout donné pour la liberté, la souveraineté et la démocratie ne se laissera pas intimider par l’arsenal répressif d’un régime aux abois ;
- En conséquence, notre Peuple, et notre Jeunesse en particulier, principale victime de la gouvernance dont la faillite est patente continueront à se battre avec notre soutien déterminé jusqu’à la victoire finale.

Chers Compatriotes,

Les Patriotes Camerounais ne peuvent pas accepter que seul le RDPC et ses affidés aient le droit de tenir des meetings au Cameroun. Tous les sacrifices consentis par les combattants de la liberté ne peuvent être anéantis par la cécité d’un régime aux abois.

Sans céder aux provocations délibérées, il faut continuer d’accentuer la pression sur le régime dictatorial de Paul Biya. Le maintien de l’ordre ne saurait être une solution à la résolution des revendications légitimes des Camerounais Nous appelons donc Mr Biya, dans le souci de préserver la paix et d’éviter à notre pays les scénarii tragiques que vivent d’autres peuples, à ne pas se présenter à l’élection présidentielle de 2011.

Chers compatriotes,

Sans précipitation, mais inlassablement et méthodiquement, la Nouvelle Opposition Camerounaise va construire la victoire du Peuple sur les forces rétrogrades.

FAIT à DOUALA, ce Mercredi 23 Février 2011

LA NOUVELLE OPPOSITION

SDF : OSSIH Joshua (Vice-Président) ; J.M. NINTCHEU Président Régional du Sdf (Littoral)

MANIDEM : ABANDA KPAMA (Président) ; R.-M. NTONDO (Secrétaire Général)

UPC : Dr Samuel MACK-KIT (Président)

PDS : Robert SIMO (Vice-Président)

UFDC : Dr V. HAMENI BIELEU (Président)


JOINT DECLARATION OF February 23rd 2011

Dear Cameroonians, Fellow Citizens,

This Wednesday the 23rd of February 2011 at around 12 p.m., the CPDM regime brutally and savagely attacked the leaders of the Opposition while they were preparing to hold a rally in commemoration of the martyrs of our nation. The rally which was prevented by the army and police had been legally declared on Thursday February 17th by the MANIDEM and no contrary notification had been received by the declaring party at the time of the repression. Instead of remaining on the side of legality, the authorities have opted to use methods of intimidation and repression worthy of the colonial era to oppress freedom of movement and manifestation of the Opposition.

In reality, the Biya regime is blatantly installing a state of emergency that doesn’t call its name. The cities of Yaoundé, Douala, Bamenda, Bafoussam Nkongsamba and many others are under siege. The authorities have declared war on the Opposition and People of Cameroon.

All this shows the politics of blindness and autism of Mr Biya and his cronies.

Political Parties signatory to this joint declaration state that :

- The Cameroonian People who gave everything for Freedom, Sovereignty and Democracy shall not surrender to intimidation or to any repressive arsenal by an agonizing regime ;
- Consequently, we will strongly continue to support the fight our people and our youth in particular, the main victims of this bankrupt regime that only serves us with bad governance, until final victory is attained.

Fellow Compatriots,

Patriotic Cameroonians cannot accept that only the CPDM and its cronies have the right to hold rallies and gatherings in Cameroon. All the sacrifices made by our freedom fighters so far cannot be undone by the blindness of a system at bay. Without yielding to the deliberate provocations, we will continue to increase pressure on the dictatorial regime of Paul Biya. Illegitimate law enforcement cannot be a solution to resolve the legitimate claims of Cameroonians.

We therefore call on Mr Biya, in order to preserve peace and prevent our country from the tragic scenarios witnessed abroad, not to stand for the presidential election of 2011.

Dear compatriots,

Without haste, but tirelessly and methodically, the New Cameroon Opposition will build up the people’s victory over retrograde forces.

Done in DOUALA, this Wednesday, February 23, 2011

For the NEW OPPOSITION

SDF : OSSIH Joshua (Vice-Président) ; J.M. NINTCHEU Président Régional du Sdf (Littoral)

MANIDEM : ABANDA KPAMA (Président) ; R.-M. NTONDO (Secrétaire Général)

UPC : Dr Samuel MACK-KIT (Président)

PDS : Robert SIMO (Vice-Président)

UFDC : Dr V. HAMENI BIELEU (Président)

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes