mardi, 17 octobre 2017
 

Cameroun : DECLARATION DU BUREAU POLITIQUE DU MANIDEM SUR L’INCARCERATION DE ENOH MEYEMESSE

ENOH MEYEMESSE est détenu à la prison de KONDENGUI depuis décembre 2011. Le pouvoir RDPC l’a tour à tour accusé de banditisme, de vol de diamant à main armé, de recel mais aussi… de tentative de coup d’Etat ! C’est dire combien le pouvoir RDPC, dans sa furie de faire taire l’opposant ENOH use de toutes sortes de subterfuges, même les plus ridicules. ENOH MEYEMESSE est un prisonnier politique comme l’est TITUS EDZOA. Dans la République de M. BIYA, un opposant, qui plus est originaire de la même sphère culturelle et géographique que le prince, doit être éliminé par tous les moyens. ENOH est donc le prisonnier politique de M. BIYA. La santé de l’opposant est en forte dégradation. Mais le régime au pouvoir a donné de fermes instructions pour que ENOH ne soit pas soigné.

Le MANIDEM proteste vigoureusement contre l’assassinat programmé de ENOH MEYEMESSE qui est notre allié politique et qui a soutenu notre candidat à la dernière élection présidentielle.

Le Manidem a décidé de lancer une grande pétition pour obtenir la libération d’ENOH. En collaboration avec le comité que dirige Patrice NGANANG, le Manidem déposera une requête auprès de la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU à Genève, pour que soit rappelé au régime de Yaoundé son devoir de respecter la vie humaine et les libertés fondamentales de l’Homme.

M. BIYA DOIT LIBERER ENOH MEYEMESSE ET LE SOIGNER. M. BIYA DOIT LIBERER TOUS SES PRISONNIERS POLITIQUES. LE MANIDEM l’exige, les citoyens Kamerunais épris de liberté et de justice l’exigent.

Le Manidem dit ce qu’il fait et fait ce qu’il dit.

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes