samedi, 21 septembre 2019
 

Cameroun : L’Etat-RDPC enfonce les Kamerunais dans la misère

Déclaration du Bureau politique du Manidem

Avec l’accélération des cadences dans les coupures intempestives de la fourniture du courant électrique, AES-SONEL a plus que démontré son incapacité notoire à assurer le moindre service de qualité. Ce service se résume en réalité à harceler le client et à lui faire payer les factures à tout prix.

La récente hausse de 8% du prix de l’électricité est non seulement une insulte, mais aussi un coup de massue pour les Kamerunais, une ponction supplémentaire et inadmissible sur les maigres revenus des classes populaires et des classes moyennes. Ce sont AES-SONEL, le régulateur ARSEL et les pouvoirs publics d’une façon générale, qui profitent de cette hausse.

En effet, les pouvoirs publics, à travers notamment l’ARSEL (Agence de Régulation du Secteur de l’Electricité) ont toujours agi en faveur du concessionnaire AES-SONEL, en répondant favorablement à toutes ses demandes de hausse des prix. Peut-être est-ce, pour le régime du Renouveau, une façon de lui accorder une prime pour mauvais services.

AES-SONEL, par la voix de ses prétendus experts en communication, essaie de justifier l’injustifiable, évoque une hausse des charges par ci, rivalise de termes hyper techniques et hermétiques par là, dans le but de semer le trouble et la confusion dans l’esprit des Kamerunais. Mais cet écran de fumée, malgré tous les artifices employés, ne suffit pas à masquer la réalité : on augmente les prix pour que le concessionnaire AES fasse encore plus de profits. Cette hausse ne produira rien de positif, ni en termes d’investissement, ni en terme de création d’emplois pour les Kamerunais, et encore moins en terme d’amélioration de la qualité du service.

Cette hausse des prix de l’électricité est la sixième en l’espace de dix ans. Elle survient alors même que les coupures intempestives de l’électricité se multiplient et provoquent des dégâts énormes, à l’instar du marché Congo qui vient d’être victime des flammes.

Les incendies, incidents et autres accidents se multiplient au quotidien du fait de la médiocrité du service. Et alors même qu’AES-SONEL devrait payer des dommages et intérêts aux usagers lésés, on annonce une hausse de 8% du prix de l’électricité !!!

La production industrielle et la production des services font face à des surcoûts liés à la nécessité de disposer de groupes électrogènes. Pour les structures dépourvues de générateur de secours, et celles-ci sont les plus nombreuses, la moindre coupure de courant se traduit par un arrêt pur et simple du travail et de la production.

Le MANIDEM l’a dit et le rappelle : la fourniture d’électricité relève du secteur public stratégique, et à ce titre, ne peut ni ne doit être privatisé sous quelque forme que ce soit.

La politique des « grandes réalisations » ne sert en fin de compte qu’à plonger le Kamerun et les Kamerunais dans le déclin politique et social. Et pendant que les populations kamerunaises broient du noir, les différentes factions du régime RDPC s’affrontent pour le contrôle du pouvoir politique et économique. L’affaire MARAFA traduit l’exaspération des luttes intestines que se livrent les clans du RDPC, luttes sans merci qui exposent notre pays à la déstabilisation politique et sociale. Il est surprenant que dans un accès d’opportunisme, certaines forces politiques de l’Opposition se détournent des problèmes vitaux qui préoccupent les Kamerunais pour ne s’intéresser qu’au match macabre qui se joue sur le terrain du RDPC. Or, il est désormais clair pout tout observateur sérieux que le « Renouveau » a échoué. Aucun des dirigeants anciens ou nouveaux du RDPC ne peut prétendre diriger le KAMERUN. Au contraire, un peu de dignité devrait conduire le RDPC soit à la dissolution, soit à la démission. Quand on a échoué, on quitte la scène. Plus longtemps le RDPC et ses pontes détourneurs de la fortune publique et fossoyeurs de l’économie resteront au pouvoir, plus l’incertitude sur l’avenir, l’insécurité générale, la précarité et la misère vont s’intensifier.

Nous appelons les Kamerunais, toutes les Kamerunaises et tous les Kamerunais patriotes et épris de justice, à se mobiliser pour obliger le gouvernement à bloquer les augmentations des prix de l’ELECTRICITE et du CARBURANT.

Les KAMERUNAIS méritent mieux, ils méritent de vivre décemment, dans la liberté, le bien-être et la justice. Ils méritent une nouvelle génération de dirigeants attachés à la défense des intérêts collectifs et de la chose publique.

MOBILISONS-NOUS POUR IMPOSER LE CHANGEMENT !

Le MANIDEM dit ce qu’il fait et fait ce qu’il dit. POUR LE BUREAU POLITIQUE

Charles Nforgang Secrétaire National à la Communication

Nelle Mandengue Membre du Bureau Politique

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes