lundi, 23 octobre 2017
 

Cameroun :Le Manidem condamne la « répression aveugle »

Le Manidem condamne la « répression aveugle »

Le régime du Rdpc vient de faire déférer au parquet de Mfou, les dirigeants de l’Addec détenus dans un commisariat à Soa.

Les responsables de l’Addec manifestent pacifiquement pour demander le limogeage des recteurs d’Université soupçonnés de malversations financières par les services du Contrôle supérieur de l’Etat. Ils ont été interpellés pour « trouble à l’ordre public ».

Le Manidem constate une fois de plus que les autorités administratives et policières ne sont pas encore guéries de la « maladie de la répression aveugle » contractée pendant la période des lois d’exception de 1962.

Le Manidem condamne vigoureusement cette attitude irresponsable et dangereuse pour la paix sociale. Il se réserve d’engager toutes les actions possibles pour exiger la libération des dirigeants de l’Addec dont Nzouabet Kweto Hervé Anicet , également membre du Bureau politique du Manidem. Ce sont les recteurs incriminés qui devaient au contraire être présentés devant les juges.

Le Manidem dit ce qu’il fait et fait ce qu’il dit.

Par Nanga Guillaume, Membre du bureau politique Secrétaire national à l’organisation

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes