jeudi, 17 août 2017
 

Cameroun : Scandale de Laquintinie… Mama Fouda doit démissionner

Le samedi 12 mars 2016, une jeune Kamerunaise enceinte et à terme a été conduite à l’hôpital Laquintinie de Douala. Au lieu de la recevoir et lui procurer des soins, le personnel de cet hôpital ayant constaté qu’elle est pauvre et démunie, l’a tout simplement éconduite, prétextant qu’elle était décédée. Constatant que les bébés bougeaient dans son ventre, ses accompagnateurs vont solliciter une fois encore l’intervention du personnel de Laquintinie qui restera de marbre, leur fermant même l’accès du pavillon de la maternité.

Dépassé par les évènements, une d’entre elle va tenter de sauver la vie des bébés, qui vont s’avérer être des jumeaux en éventrant leur mère devant la maternité de l’hôpital. Ce scandale qui a ainsi vu passer de vie à trépas trois Kamerunais va susciter le courroux des Kamerunais qui ont manifesté en masse devant l’hôpital pendant que les autorités inventaient des versions abracadabrantes de l’affaire pour masquer la vérité.

Ce qui s’est passé ainsi à Laquintinie est une conséquence directe de la mauvaise politique de santé du régime RDPC. Comme dans tous les secteurs, la gangrène de la corruption a infecté le système sanitaire à tous les niveaux. Le régime RDPC est donc le véritable responsable du macabre scandale de l’hôpital Laquintinie.

Comme si cela ne suffisait pas, ce régime a poussé son cynisme jusqu’à envoyer les forces de répression agresser les manifestants qui protestaient pacifiquement ce dimanche devant l’hôpital Laquinitinie.

Le MANIDEM salue l’engagement efficace de la Société civile qui à travers les réseaux sociaux a mobilisé les Kamerunais, les jeunes et les femmes pour cette noble cause.

Le cynisme du régime ne s’est pas arrêté là. Les autorités kamerunaises n’ont pas hésité à interpeller et garder à vue, cette jeune dame, courageuse qui a tenté de sauver la vie des jumeaux dont le seul péché est d’avoir été conçus par une pauvre femme. Ils projettent même de la poursuivre en justice.

Le MANIDEM condamne vigoureusement cette dérive cynique du régime de M. Biya.

Avec tous les Kamerunais épris de justice et d’humanité, le MANIDEM demande la démission du Ministre de la santé, Mama Fouda, le limogeage et des poursuites judiciaires contre le Directeur de Laquintinie et le personnel impliqué dans ce crime odieux.

Il salue l’engagement patriotique du collectif d’avocats qui a spontanément décidé de défendre « l’héroïne » qui a tenté de sauver nos pauvres jumeaux. Ce énième scandale qui ternit l’image du Kamerun dans le monde entier, met au grand jour le caractère hideux des appels à une nouvelle candidature de M. Biya.

Le MANIDEM exhorte le peuple kamerunais à continuer à se mobiliser pour démonter le complot politique que les pontes du régime tentent d’opérer contre l’avenir du Kamerun par ces appels à la candidature.

Le MANIDEM sera toujours aux côtés du Peuple Kamerunais contre toutes les injustices que lui inflige ce régime décadent.

Le MANIDEM dit ce qu’il fait et fait ce qu’il dit

Fait à Douala, le 13 mars 2016

Pour le Bureau politique du MANIDEM

GHONDA NOUNGA Secrétaire National à la Communication

Charles NGAH NFORGANG Membre du Bureau Politique

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes