lundi, 23 octobre 2017
 

Cameroun : Selon le Manidem, les Lions Indomptables ne doivent pas être une distraction ….

Ai-Cameroun - La déclaration a été faite, ce jour, au cours d’une conférence de presse du tout nouveau président élu du Mouvement africain pour la nouvelle indépendance et la démocratie(Manidem, opposition), Pierre Abanda Kpama, au siège de son parti à Douala, la capitale économique du Cameroun. Devant un parterre impressionnant d’invités de différentes obédiences politiques et en présence de la presse nationale, le président du Manidem a déclaré : « le football occupe les esprits et les médias. C’est vrai qu’une coupe du monde organisée pour la première fois en Afrique est un évènement exceptionnel. Le patriotisme dont font preuve les Kamerunais confirme les bonnes dispositions de notre peuple quand il s’agit de défendre les bonnes causes. Mais le football reste un jeu et rien d’autre. Il ne saurait nous détourner de nos préoccupations existentielles ». Parmi les préoccupations existentielles qu’il voudrait ainsi protéger de cet opium du peuple qu’est le football au Cameroun, le président Pierre Abanda Kpama, à son sens, cite entre autres, la gabegie organisée lors des cinquantenaires qui ont coûté 48 milliards de francs CFA au contribuable camerounais, au profit de personnalités étrangères et à la gloire d’un seul individu. Ce qui prouve selon lui, « que le Kamerun est un pays riche mais que cette richesse est confisquée par les gouvernants qui prennent prétexte de tout pour narguer le petit peuple et étaler leur opulence ». Pour lui, le cinquantenaire du Cameroun ne saurait se célébrer sans la mise en exergue, par chaque couche de la société, jeunes, paysans, travailleurs, femmes, journalistes, associations, du constat d’échec de la politique du mensonge du gouvernement en place « qui a imposé aux Kamerunais une Fête nationale le 20 mai de chaque année, date anniversaire de la naissance de l’épouse du premier président Ahmadou Ahidjo, qui ne constitue nullement une référence historique pour le peuple de ce pays ». Le président du Manidem a par ailleurs relevé qu’en plus du fait que l’immense majorité de la population du pays croupit dans la misère et l’indifférence hautaine des gouvernants, l’Etat- Rdpc (Rassemblement démocratique du peuple camerounais, parti au pouvoir, ndlr) s’est soumis à l’embrigadement néocolonial de la France- Afrique qui fait des pays africains et du Cameroun en particulier ; la chasse gardée, le pré carré d’une « France qui ne sait que sauvegarder ses propres intérêts, en faisant du franc CFA précédemment franc des côtes françaises d’Afrique, aujourd’hui franc de la Communauté monétaire africaine, un sous multiple du franc français. Un sous multiple d’une monnaie qui n’existe plus », a-t-il relevé. Dans un tel contexte, poursuit Pierre Abanda Kpama, confier la gestion de la monnaie camerounaise au Trésor français relève de la braderie, de la connivence coloniale avec les élites africaines anti patriotiques, au sein d’une France- Afrique créée par Mitterrand dès son accession à la présidence et dont Nicolas Sarkozy n’arrive pas à se défaire tant les réseaux sont nombreux et puissants. « C’est la raison pour laquelle nous dénonçons les sommets France- Afrique ou Afrique- France dont l’objectif n’est rien d’autre que d’embrigader nos pays dans des logiques de domination et d’exploitation », a-t-il martelé.

Dieudonné Bessalla,

Source AI Douala

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes