lundi, 23 octobre 2017
 

NON AU COUP D’ETAT PERMANENT, LE KAMERUN N’EST PAS UNE CHEFFERIE TRADITIONNELLE DU MOYEN AGE

DECLARATION DU BUREAU POLITIQUE DU MANIDEM

L’introduction, en catimini, de trois projets de loi, sans rapport avec la session budgétaire pour laquelle les députés ont été convoqués depuis deux semaines, et ainsi que l’urgence prioritaire accordée à leur examen par rapport à l’objet principal de cette même session, confirme la volonté du RDPC et de son chef de verrouiller le processus d’alternance politique pour que le Parti-Etat contrôle la totalité des pouvoirs exécutif, parlementaire/législatif, municipal, régulateur, bref la totalité des pouvoirs institutionnels.

Le scénario de ce nième coup d’Etat politique est tout dessiné :

-  L’Assemblée actuelle, aux ordres du chef de l’Etat a voté une loi de modification de la loi sur le Conseil Constitutionnel, dont une des aberrations est l’assujettissement des membres du Conseil Constitutionnel au Président de la République, au Président de l’Assemblée et au Président du Senat ; voire même au Ministre de la Justice.
-  L’Assemblée Nationale vote une loi de 2e prorogation du mandat des députés. Ces derniers deviennent donc redevables envers le Président de la République.
-  Au deuxième trimestre de 2013, le Président de la République convoque le corps électoral pour des élections sénatoriales. Au vu de la nature actuelle du corps électoral, le Sénat sera donc à 95% entre les mains du RDPC puisque ce sont les députés et conseillers municipaux actuels qui votent les sénateurs. Le Président de la République désigne ensuite le Président du Sénat.
-  Dans la foulée, M. BIYA, président du RDPC, M. CAVAYE YEGUIE, membre du bureau politique du RDPC, le futur président du Sénat, membre du RDPC, M. BIYA, président du Conseil Supérieur de la Magistrature désignent les 11 membres du Conseil Constitutionnel.

Avant les prochaines élections législatives et municipales, M. BIYA détiendra donc la totalité des pouvoirs institutionnels : Exécutif, Judiciaire, Sénatorial avec en plus à ses ordres le Conseil Constitutionnel. S’il arrivait qu’il perde la majorité à l’Assemblée, il se servira du Sénat et du Conseil Constitutionnel pour bloquer toute tentative de changement par voie législative. Par ailleurs, avec un président du Sénat aux ordres, M. BIYA pourra désigner son successeur en dehors des voies démocratiques.

M. BIYA prépare donc un COUP D’ETAT et cela est tout simplement inacceptable. Après avoir gouverné le Kamerun pendant 30 ans avec un bilan négatif, le RDPC s’organise pour conserver la totalité des pouvoirs institutionnels, en violation flagrante de la souveraineté populaire.

Le PEUPLE est le détenteur de la souveraineté. Un clan qui a par ailleurs échoué, ne saurait confisquer de manière dictatoriale le pouvoir.

Les Kamerunais ne peuvent pas l’accepter, les Kamerunais ne doivent pas l’accepter. Le MANIDEM ne l’accepte pas.

OPPOSONS UNE FIN DE NON RECEVOIR AU COUP D’ETAT DU RDPC. MOBILISONS-NOUS POUR FAIRE ECHEC A LA TENTATIVE DE TRANSFORMER NOTRE PAYS EN UNE CHEFFERIE TRADITIONNELLE DU MOYEN-AGE

Fait à Douala, le 28 novembre 2012

Pour le Bureau Politique du Manidem,

Le Président National ABANDA KPAMA

Le Secrétaire National à la Communication Charles NFORGANG

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes